L’ancien ministre de l’Industrie a été traduit ce matin devant la Cour intermédiaire sous la présidence de la magistrate Niroshini Ramsoondar pour participation à une manifestation illégale devant les locaux de l’express et Radio One le 2 mai 2009. Son avocat se désiste du procès. L’affaire sera appelée de nouveau le jeudi 8 septembre.
Showkutally Soodhun, l’ancien ministre de l’Industrie est poursuivi par le directeur des poursuites publiques (DPP) pour avoir participé à une manisfestation illégale devant les locaux de l’express et Radio One. Ce matin devant la magistrate Niroshini Ramsoondar siégeant en Cour intermédiaire, l’avocat du défendeur, Me Yusuf Mohamed (SC), a fait savoir qu’il voulait se retirer de l’affaire pour deux raisons : le fait qu’on pourrait lui reprocher quelque conflit d’intérêt et son état de santé. En effet, le ministre du Travail et membre du Parti Travalliste (Ptr) Shakeel Mohamed n’est autre que le fils de l’homme de loi.
« This is a situation I refuse to embarque… For my own sake and for the sake of the accused », a soutenu l’homme de loi. Sollicité par Le Mauricien, Me Yusuf Mohamed (SC) a expliqué qu’il ne voulait en aucun cas qu’on lui reproche de ne pas bien faire son travail en raison des tensions politiques si l’affaire prenait une tournure délicate. « Il est important de préciser que je n’ai rien de personnel contre monsieur Soodhun », nous a dit l’avocat.
Les faits remontent au 2 mai 2009 à rue Brown Squard Port-Louis. Plusieurs personnes s’étaient réunies devant les locaux de l’express et Radio One en scandant que le quotidien avait déformé une information : le journaliste aurait mal évalué le nombre de personnes assistant au meeting du 1er mai tenu par le Mouvement Socialiste Militant (MSM) à Saint-Pierre. Selon les manifestants, quelque 20 000 personnes y étaient présentes alors que le quotidien avait estimé l’auditoire à seulement 4 000. Les manifestants auraient également proféré des insultes, briser une vitre et brulé des copies du journal en public pour afficher leur mécontentement.
Plusieurs journalistes ont été assignés à témoigner dans ce procès. L’affaire sera appélée en pro-forma le jeudi 8 septembre. Mes Ravi Yerigadoo et Rubina Jaddoo représentent les intérêts des deux autres accusés M. Khemloliva et M. Somai. La poursuite est quant à elle représentée par le state counsel Me Madeven Armoogum.