Poursuivi pour « demanding money by threats », séquestration et conduite sans permis, David Bernard Shamani a écopé d’un an de prison. Telle est la décision du magistrat Vijay Appadoo siégeant à la cour intermédiaire.
David Bernard Shamani a été traduit devant la cour intermédiaire sous trois charges. Il était accusé de demanding money by threats et de séquestration respectivement sous les articles 227, 258 et 259 du code criminel. Il était aussi poursuivi sous l’article 40 de la Road Traffic Act pour avoir conduit une voiture sans avoir de permis.
Le magistrat Vijay Appadoo a en fin de matinée trouvé l’accusé coupable des trois chefs d’accusation. Il a condamné David Bernard Shamani à un an de prison et à une amende de Rs 2 000 sous la troisième charge.
L’accusé a conduit lui-même sa défense et a plaidé non coupable aux deux premières charges.
Selon l’acte d’accusation, David Bernard Shamani se serait fait passer, le 28 juin 2011 dans le parking du Super U de Grand Baie, pour un officier de police en poste à la Criminal Investigation Division pour demander Rs 10 000 au plaignant. L’accusé aurait menacé de frapper la victime et de « mett enn case » contre elle si elle refuse de lui donner l’argent.
David Bernard Shamani aurait alors fermé les portes de la voiture et a roulé à vive allure sans pour autant avoir le permis de conduire. Le magistrat Vijay Appadoo a expliqué que le simple fait d’avoir empêché la victime de sortir de la voiture constitue une forme de séquestration. L’accusé a déclaré qu’il avait déjà payé une amende pour  conduite sans permis, mais la poursuite a nié qu’il avait été poursuivi séparément pour ce délit.
Le prévenu a accepté qu’il n’avait pas de permis et qu’il était sur les lieux. Il a toutefois nié avoir menacé, demandé de l’argent et séquestré la victime. La cour intermédiaire a toutefois observé que David Bernard Shamani, lors du contre-interrogatoire, a utilisé le mot « sauvé » pour qualifier le départ du plaignant.
Le magistrat Vijay Appadoo a fait comprendre que le plaignant ne se serait pas « sauvé » s’il n’était pas retenu.
La cour a expliqué que David Bernard Shamani avait deux previous convictions et commis ce délit alors qu’il était sous une caution de bonne conduite de la cour de district de Pamplemousses pendant une période de deux ans depuis 2010.