Le magistrat K. Moorghen siégeant en Cour de District de Curepipe a rayé le procès intenté par la police à une salesgirl et un chauffeur employés chez HV Industries pour détournement de 88 boîtes de mines de la marque Presto.
L’accusé No 1 était employé comme helper et chauffeur au sein de HV Industries et accompagnait l’accusée No 2, une salesgirl pour les livraisons de produits alimentaires. Ils étaient poursuivis par la police pour « Embezzlement by a person in service receiving wages in breach of Section 333 (1) (2) » du Criminal Code. Ils avaient tous deux plaidé non coupable. Lors d’un inventaire effectué par un des directeurs de HV Industries, appelé comme témoin No 2 dans le cadre du procès, 88 boîtes de mines presto manquaient.
Le magistrat Moorghen estime que la version du directeur de l’entreprise assigné comme témoin comporte des contradictions car lors de son interrogatoire par l’avocat de la défense, il avait expliqué qu’il était le seul responsable administratif pour la livraison et le retour de tout types de produits alimentaires, mais lors de son contre-interrogatoire, il changea sa version en affirmant qu’il était assisté d’une personne et que cette dernière émettait des reçus qui étaient contre-vérifiés par lui.
De plus, de l’avis du magistrat, l’enquête n’a pas été menée correctement puisque aucune version des accusés pour expliquer la raison pour laquelle les 88 boîtes de mines manquaient n’a été vérifiée par la police. Le magistrat de la Cour de District de Curepipe a trouvé également que le témoin No 2 était « very uncomfortable » lorsqu’il a eu à fournir des explications à la Cour au sujet des mines ayant expiré qui ont été retournées à la compagnie.
Dans sa conclusion, le magistrat K. Moorghen écrit : « It is clear that both Accused out of Court versions did cast serious doubts in the prosecution case » et que la poursuite n’a pu établir la culpabilité des accusés « beyond reasonable doubt », d’où la décision de rayer le procès contre eux.