L’autopsie de la victime Jaywantee Ramjeeawon, a révélé qu’elle est décédée d’une asphyxie au monoxyde de carbone. L’époux aurait fait des aveux aux limiers de la Crime Investigation Division de Rivière-du-Rempart. Traduit en Cour il est accusé provisoirement de meurtre.
Dhanunjay Ramjeeawon, habitant de Roches-Noires a été traduit devant la Cour de district de Rivière-du-Rempart (Mapou), hier après-midi. Une charge provisoire de meurtre à été logée contre ce fonctionnaire devant le magistrat Sudesh Callychurn.
L’accusé, âgé de 56 ans, aurait mis un réchaud à charbon dans la chambre de son épouse Jaywantee Ramjeeawon âgée de 40 ans. Il aurait ensuite soigneusement fermé les fenêtres ainsi que les portes et empêcher toute aération en plaçant des morceaux de tissus sous les portes. L’autopsie pratiquée par le Dr Maxwell Monvoisin devait révéler que Jaywantee Ramjeeawon est décédée des suites d’une asphyxie au monoxyde de carbone émis par la combustion du charbon.
La jalousie semble être le mobile dans cette affaire. En effet, l’accusé suspectait sa femme d’entretenir une relation extraconjugale avec l’un de leurs voisins. Il aurait alors voulu donner une leçon à la victime car il devenait la risée du village.
Jaywantee Ramjeeawon serait rentrée saoule vendredi dernier et serait allée directement se reposer dans sa chambre. Alors qu’elle dormait à poings fermés, son mari en aurait profité pour y placer le réchaud à charbon.
C’est la fille de 17 ans de Dhanunjay Ramjeeawon qui aurait mis la puce à l’oreille des enquêteurs. Elle aurait surpris son père faire le guet devant la chambre pendant la nuit. L’adolescente a de plus avancé qu’elle est entrée dans la chambre de sa mère durant cette nuit pour y mettre son téléphone sur charge et a senti une odeur de fumée s’en émanait. Elle raconte avoir vu sa mère recouverte d’un drap et ses chevilles attachées avec une corde rouge. C’est à ce moment que son père l’aurait grondée en lui demandant de sortir de la chambre.
Dhanunjay Ramjeeawon aurait avoué son acte après son arrestation. Il a participé à la reconstitution des faits jeudi après-midi. L’accusé nie toutefois avoir attaché les chevilles de Jaywantee Ramjeeawon.