Trouvé coupable d’agression mortelle de son voisin Israel Farla, Jean Karl Brasse a été condamné à six ans de prison par le tribunal de Rodrigues. Poursuivi sous une charge de “wounds and blows causing death without intention to kill”, le Rodriguais avait plaidé coupable.
Suite à une dispute au sujet du chien de la victime, Jean Karl Brasse l’a poignardée. Bien que le médecin légiste ait attribué la cause du décès à une septicémie, la magistrate Padminee Mauree a conclu que « les coups infligés par l’accusé ont causé la mort d’Israel Farla ».
Dans sa déclaration, l’accusé avait déclaré que la nuit du meurtre, vers 20 h 30, il revenait de la boutique quand il est tombé sur la victime. Les deux ont commencé à se disputer au sujet du chien de cette dernière qui avait mordu l’accusé à sa jambe droite. Jean Karl Brasse devait reprocher à Israel Farla que « c’était la deuxième fois que ce chien me mord ». C’est lors de la dispute qu’ils en sont venus aux mains. L’accusé avait indiqué que c’est la victime qui l’avait poussé en premier et l’avait agressé avec un couteau. Étant sous l’emprise de l’alcool à ce moment-là, Jean Karl Brasse a à son tour poignardé la victime. Lors du procès, la défense a beaucoup insisté sur le fait que « le mauvais traitement prodigué par les médecins à Israel Farla après la blessure avait conduit à son décès plutôt que le coup infligé par l’accusé ». La défense avait soutenu qu’il « y avait assez de preuves démontrant que le coup de l’accusé n’était pas la cause directe de la mort d’Israel Farla », mais qu’il s’agissait d’un cas « de négligence médicale ». Le médecin légiste, qui avait déposé en cour, avait cependant indiqué que la septicémie était due à une infection après les blessures de la victime.
La magistrate s’est basée sur le témoignage du médecin légiste et du fait que l’accusé avait lui-même plaidé coupable de la charge. « The enquiry conducted by the Medical Council is an internal enquiry and is a privileged document. Had there been a police enquiry on the said doctor and prosecution, that would have been relevant evidence to produce before this Court as mitigating factor. But this has not been the case. Therefore the accused is clearly liable for the death of M. Farla which ensued. Had M. Farla not been stabbed by the accused in this manner, he would not have suffered from septicaemia which resulted in his death », a conclu la magistrate Padminee Mauree, le condamnant ainsi à six ans de prison.