La magistrate Meenakshi Bhogun-Ramjutton, siégeant à la cour de Rodrigues, a décidé d’acquitter Antoinette Cupidon, qui était accusée d’avoir  infligé des coups à une dénommée Magdalena Augustin. La magistrate a trouvé que la présumée victime avait un contentieux avec l’accusée et aurait agi par vengeance car toutes les deux avaient le même amant.
Magdalena Augustin a déclaré que le jour de l’incident, elle se trouvait sur la route à Port-Mathurin quand l’accusée l’a approchée et a commencé à l’agresser. La présumée victime allègue avoir reçu un coup à la tête et qu’elle a dû être admise à l’hôpital pour soigner ses blessures. La victime avait ensuite identifié Antoinette Cupidon comme son agresseur. La présumée victime a déclaré que ce n’était pas la première fois qu’elle se faisait agresser par l’accusée. Antoinette Cupidon, appelée au box des accusés, avait nié la charge retenue contre elle et a répondu pour sa défense que toutes les deux entretenaient une relation avec le même homme et que Magdalena Augustin aurait émis une fausse accusation à son encontre par jalousie. La form 58 présentée en cour a révélé qu’il n’y avait aucune blessure externe chez la victime. La magistrate a relevé que les deux jeunes femmes n’étaient pas en bons termes et que tous les moyens seraient bons pour nuire à l’autre. La cour a aussi trouvé qu’il n’y avait aucun témoin de l’incident et que la form 58 n’a fourni aucune preuve des blessures alléguées de la victime. La magistrate ajoute que les deux jeunes femmes avaient déposées en cour sur un ton agressif et n’a pas été convaincue par leurs versions. Elle a ainsi rayé la charge retenue contre Antoinette Cupidon.