Rodney Christiano Boncoeur, un habitant d’Orange, à Rodrigues, avait été accusé de vouloir conduire une motocyclette en état d’ivresse. Il avait 234 milligrammes d’alcool dans le sang. Cependant, la magistrate de la Cour de Rodrigues Meenakshi Bhogun-Ramjutton l’a acquitté vu qu’au moment de son interpellation, il ne conduisait pas le véhicule.
Les faits remontent au 30 avril. Le policier Cupidon a déclaré en cour que ce jour-là, il a appréhendé Rodney Christiano Boncoeur dans la soirée alors qu’il s’apprêtait à conduire une motocyclette en état d’ivresse. Le Rodriguais a été conduit au poste de police le plus proche en vue d’un alcotest. Le policier a également déclaré à la cour que le deux-roues n’appartenait pas à l’accusé et que son propriétaire se trouvait à une dizaine de mètres du véhicule.
Rodney Christiano Boncoeur a, lui, déclaré que ce jour-là, il n’avait pas l’intention de conduire la motocyclette. Il a expliqué qu’en sortant d’un restaurant à Malabar, après y avoir consommé de l’alcool, il a aperçu la motocyclette de son voisin garée près d’une boutique. Il voulait un « lift » mais n’a pas vu ce dernier. C’est en se penchant sur la motocyclette que des policiers l’ont appréhendé et conduit au poste de police.
La magistrate Bhogun-Ramjutton considère qu’une personne est coupable si elle conduit un véhicule en état d’ivresse. Dans cette affaire, faiit-elle ressortir, il faut considérer plusieurs facteurs comme par exemple à quelle distance se trouvait l’accusé du véhicule au moment des faits ? ; que faisait-t-il ? ; avait-il les clés du véhicule en sa possession ?
La magistrate Bhogun-Ramjutton a retenu la version de l’accusé selon laquelle il n’avait pas envisagé de conduire la motocyclette le jour de son interpellation vu qu’elle ne lui appartenait pas.