Le pays compte depuis hier après-midi 21 nouveaux avocats. Ils ont fait voeu d’allégeance à la Justice en présence des membres du barreau mauricien, les juges de la Cour suprême et l’Attorney General.
La justice mauricienne s’étoffe de 21 avocats depuis hier. il s’agit de Mes Damodarsingh Bissessur, Kamal Boodhun, Arassen Kallee, Logendra Appaya, Juliana Sandrine Tsang Mang Kin, Alan Mahadea, Shailendr Ramsagur, Nader Ali Caunhye, Bibi Sheinaz Atherton, Shyam Darshan Maraye, Havisha Simi Bunjun, Rishi Bhoyroo, Mohammad Asif Oomar Moollan, Mohammad Hisham Ahmed Oozeer, Nivedita Ratna Patten, Marie Jessie Mélina Hung Wai Wing, Chitra Devi Matikola Lingiah, Yousouf Ali Azaree, Varsharanee Roopun, Jeanne Béatrice Christina Prèle et Kumari Kamlesh Domah.
Ils ont fini leur pupillarité chez leur « pupil masters » et ont été accueillis au barreau mauricien comme des « barrister-at-law » hier après-midi à la Cour suprême. Ils pourront désormais exercer leur profession dans notre pays. À noter que plusieurs d’entre eux ont de la famille dans le domaine légal ou dans le judiciaire, à l’instar de Me Juliana Tsang Mang Kin, fille de Me Jacques Tsang Man Kin, ou encore de Me Kumari Kamlesh Domah, fille du juge Bushan Domah.
Le Chef juge Bernard Sik Yuen a prononcé un discours de bienvenue aux nouveaux avocats au nom de ses « frères et soeurs juges ». Il a qualifié les tribunaux de « deuxième maison des avocats ». Et de rappeler aux nouveaux membres du barreau qu’ils devront à tout moment « éclairer » la Cour, défendre leurs clients de toute leur force et ne jamais les induire en erreur.
Pour Sir Hamid Moollan, Queen’s Counsel (QC) et président du Bar Council, il s’agissait d’un « jour mémorable pour tous les avocats », ajoutant que « c’est le jour où tout change ». Il a ensuite rappelé l’importance de l’éthique lorsque l’on devient avocat. En outre, a-t-il poursuivi, un avocat se doit de respecter la Cour. Car si la « dignité du judiciaire » venait à être entachée, le domaine légal « perdrait aussi de sa valeur ». Sir Hamid Moollan (QC) a affirmé que tous les avocats sont des amis au barreau : « The opponent shall not become an enemy. »
L’Attorney General a beaucoup élaboré sur l’éthique. « Être avocat est une profession noble, savante et honorable », a-t-il affirmé. Yatin Varma a souligné que le Code of Ethics for Barristers est un « outil primordial dans la carrière de tout avocat ». Il a d’ailleurs donné une copie de ce livret à chaque nouveau membre du barreau. « L’honnêteté, l’intégrité, la compassion et l’altruisme sont les fondements de la profession juridique », a dit Yatin Varma pour terminer.
Le barreau mauricien a plus de 200 ans d’existence et joue un rôle crucial dans la vie de tous. Il a contribué au fil des années à modeler le système légal et judiciaire. Le pays compte à ce jour plus de 500 avocats dans plusieurs secteurs.