Cour suprême

Le petit frère de Kusraj Lutchigadoo, arrêté en novembre 2017 alors qu’il tentait de prendre livraison de 329 g de drogue synthétique, avait saisi la Cour suprême pour sa remise en liberté conditionnelle, et ce après avoir formulé trois demandes devant la Bail and Remand Court.

La juge Karuna Balaghee Gunesh, dans un jugement rendu vendredi, a rejeté sa demande faisant ressortir que la motion de Kelvy Lutchigadoo « ne fait état d’aucun nouvel élément dans cette affaire », qui pourrait justifier sa demande devant la Cour suprême. Son homme de loi devra prendre une décision sur la marche à suivre.

Kelvy Lutchigadoo avait formulé trois demandes de remise en liberté provisoire devant la Bail and Remand Court (BRC) en mars 2018, juillet 2018 et août 2019, respectivement. Les trois demandes avaient toutes été rejetées. La police avait avancé deux raisons pour objecter à la demande de remise en liberté conditionnelle de Kelvy Lutchigadoo, estimant que le frère de Kusraj Lutchigadoo risque de prendre la fuite et récidiver s’il est en liberté.

Soulignons que la police avait arrêté Kelvy Lutchigadoo lors d’une opération à St-Pierre alors qu’il était recherché dans le sillage d’une enquête sur l’importation de Rs 500 000 de cannabis en novembre 2017. Il avait pris la fuite lors d’une opération de “controlled delivery”, à Réduit, alors qu’il se trouvait à bord d’une Berline.

Cette affaire remonte à novembre 2017, quand, dans un entrepôt du DHL, à Plaine-Magnien, les douaniers sont tombés sur un colis de drogue, envoyé par un Français, habitant Vaires sur Marnes, et destiné à un habitant de Quatre-Bornes. Après plusieurs coups de fil effectués avec le destinataire, ce dernier a demandé à la compagnie DHL de laisser son colis à la rue Boundary, à Rose-Hill. Une fois sur le lieu du rendez-vous, Kelvy Lutchigadoo les a contactés en soutenant qu’il ne pourrait faire le déplacement et qu’un ami les rencontrera à sa place. Peu après, Kevin Chocklingum est arrivé dans une voiture et devait confirmer qu’il était venu prendre possession du colis. Suivant son arrestation, la police a sollicité sa collaboration pour arrêter Kelvy Lutchigadoo, venu le rencontrer à Réduit. En apercevant la police, ce dernier avait pris la fuite.

La juge dans son jugement a fait ressortir que la demande de Kelvy Lutchigadoo devant la Cour suprême n’était pas une demande de révision judiciaire des décisions de la BRC de ne pas lui accorder la liberté conditionnelle, mais plutôt une nouvelle demande de remise en liberté conditionnelle.

Or, l’accusé dans sa demande n’aurait pas fait état de nouveaux éléments qui pourraient jouer en sa faveur dans cette affaire afin que la Cour suprême considère la demande. « In the present case, the applicant is neither being tried before the Supreme Court, nor has he shown that it is impractical for him to make his application before the Bail and Remand Court. However, I note that the applicant has not stated in his affidavit whether there are new facts and circumstances which would justify his bail application before the Supreme Court », a souligné la juge. L’affaire sera de nouveau appelée le 14 janvier afin que son homme de loi puisse prendre une décision.