En début d’après-midi, en Cour suprême, le Chef juge Bernard Sik Yuen a rendu un ordre intérimaire en faveur de la Market Traders Association et la Taxi Proprietors Union dans l’affaire qui les oppose à la municipalité de Port-Louis et la police.
Plusieurs marchands ambulants ont été pris en contravention en début d’après-midi pour n’avoir pas respecté l’ordre de la Cour suprême de ne pas travailler dans un rayon de 500 mètres autour du marché central. Bien que l’affaire ait été renvoyée à une date ultérieure pour permettre aux parties défenderesses de déposer leurs affidavits, la police a commencé à sévir aujourd’hui contre les contrevenants. Plusieurs colporteurs opérant à la rue Edith Cavell ont été verbalisés alors que d’autres ont préféré ne pas poursuivre leurs activités. Du côté de la municipalité de Port-Louis, le lord-maire Aslam Hossenally reconnaît que la mairie doit se plier à la décision du judiciaire. Il explique que les discussions pour la livraison des sites de relogement ont été enclenchées. « J’ai eu une rencontre positive avec le vice-Premier ministre et ministre des Infrastructures publiques Anil Baichoo et il m’a donné l’assurance que cette situation sera très vite débloquée », dit-il. Mais il souligne cependant que les actions prises en début d’après-midi n’ont pas été exécutées sur ordre de l’administration municipale. À l’heure où nous mettions sous presse, le Lord-maire rencontrait Hyder Raman, le président de la Street Vendors Association, pour discuter des paramètres légaux.