Il avait assuré à sa cliente qu’il pouvait la débarrasser de tous les malheurs qui se sont abattus sur elle avec des prières et des rituels, contre paiement. Cependant, sa cliente s’est rendu compte qu’elle s’était fait berner car sa situation ne s’était pas améliorée. Le présumé sorcier, Kishor Jhugroo, a été reconnu coupable par la magistrate Niroshini Ramsoondar, siégeant en cour intermédiaire, d’avoir escroqué la somme de Rs 152 100 à la plaignante en usant de stratagèmes pour lui faire croire qu’il pouvait l’aider.
La plaignante, qui souffrait de problèmes conjugaux depuis 2006 et ne savait plus à quel saint se vouer, avait indiqué dans ses dépositions que c’est une amie qui lui avait recommandé le « traiteur » Kishor Jhugroo, afin de résoudre ses problèmes. La plaignante avait rencontré l’accusé pour la première fois le 5 juin 2014. Kishor Jhugroo lui avait alors assuré qu’il pourrait lui débarrasser des « mauvais esprits » qui la menacent, par le biais de prières et de rituels, contre paiement. La plaignante lui avait alors fait confiance. La plaignante lui payait Rs 3 500 par semaine et une somme totale de Rs 152 100 avait été engrangée par le présumé sorcier. Ce dernier faisait ses rituels chez lui et aussi dans un cimetière. Il avait indiqué à la plaignante que pour que ses rituels se concrétisent, il avait été amené à sacrifier des animaux.
La plaignante devait toutefois commencer à douter des pratiques du présumé sorcier car elle trouvait que sa situation familiale ne s’améliorait pas. Alors que l’accusé continuait de lui réclamer de l’argent, elle a fini par réaliser que l’accusé avait profité de sa vulnérabilité pour lui soutirer de l’argent. Elle avait alors décidé de porter plainte à la police.
Le présumé sorcier avait admis avoir effectué des prières et des rituels au nom de la plaignante et qu’il avait reçu Rs 89 500 d’elle alors qu’il ne lui avait rien demandé au départ. Il devait ajouter que ces rituels pouvaient prendre un à trois ans pour se concrétiser.
Après avoir tenu compte des versions des différentes parties, la magistrate Niroshini Ramsoondar a statué que la poursuite a pu prouver la culpabilité de l’accusé. La magistrate a conclu que les rituels organisés par Kishor Jhugroo étaient un « stratagème » ou encore un « folklore de nature à impressionner les clients potentiels », mis en place pour profiter des difficultés auxquelles faisait face la cliente. La magistrate a soutenu dans son jugement que la plaignante avait remis cette somme d’argent à Kishore Jhugroo car elle voulait que ses problèmes cessent, pensant que l’accusé pouvait l’aider. Ce dernier a de ce fait été reconnu coupable d’escroquerie. Il comparaîtra à nouveau en cour le 8 mai pour la plaidoirie avant la sentence.