La magistrate Meenakshee Gayan-Jaulimsing, siégeant à la cour de district de Port-Louis, a acquitté hier les dix membres de l’Association Transport pou Malere, qui avaient été poursuivis sous la Public Gathering Act (PGA) à la suite de leur grève de la faim qu’ils avaient observée en mars 2007. Ils réclamaient la régularisation de leur situation.
Deux autres inculpés dans ce même procès, Mario Flore, un des décorés de la République, et McLeoad Alexandrine, sont décédés entre-temps.
Les accusés avaient d’abord organisé une manifestation pacifique selon les termes de la loi devant le parlement. Ils ont par la suite installé une tente en face et ont entamé une grève de la faim. Mario Flore s’est joint au mouvement le quatrième jour. À travers cette démarche, ils voulaient amener les autorités gouvernementales à respecter les assurances données aux dirigeants, qui avaient consenti à régulariser leur situation et avaient rencontré Rashid Beebeejaun à cet effet. Ce dernier, selon eux, leur avait donné certaines garanties en ce sens.
Mais comme rien n’a été fait, ils ont porté leurs récriminations devant l’opinion publique. Mais au bout de quelques jours de grève de la faim, la police est venue démolir la tente qui leur servait d’abri.
Soulignons que quelques-uns des chauffeurs de taxis marron ont reçu leur patente. Pour les autres membres, « lalit kontinye ». En effet, pas plus tard que lundi, l’Association Transport pou Malere (ATM) a organisé une marche de protestation dans les rues de Port-Louis. Outre la question de régularisation de la situation des autres membres de l’association, ils réclament le droit de travailler tranquillement sans être importunés par les autorités policières.
Au sortir de la cour hier, Désiré Johnson, porte-parole de l’ATM, a remercié la magistrate pour sa décision. « La zistis finn trionfe », s’exclame-t-il. Il dédie cette victoire à Mario Flore et à Me Rama Valayden.
Il déclare que l’ATM continuera à militer pour que les membres qui ne les ont pas encore eues reçoivent leurs patentes. « Nou bizin viv ek fer viv nou fami », dit-il. L’ATM compte également réactualiser le dossier de revendication qu’elle a déjà déposé aux autorités.
Désiré Johnson annonce de plus que l’ATM s’appellera bientôt l’Association Taxis Mauriciens.