Poursuivi pour l’homicide de Jacques Chan Lim Wan alias Bruce Lee devant les Assises, Vinay Nunhoo a été identifié hier par sa tante, une amie de la victime, comme étant l’agresseur. « Vinay ek Bruce Lee ti pe laguer », a déclaré Kamla Nunhoo. L’ancien ACP Yusuf Soopun a pour sa part soutenu que le prévenu était en cavale durant trois jours en décembre 2003. Les travaux se poursuivent aujourd’hui devant le juge Benjamin Marie Joseph.
Satianand Nunhoo plus connu comme Vinay est poursuivi devant les Assises par le directeur des poursuites publiques sous une charge de manslaughter. La poursuite dans cette affaire est représentée par Mes Rehnu Gowry-Bhurrut (Senior State Counsel), Abdool Raheem Tajoodeen et Selveena Adapen (State Counsels). Selon l’acte d’accusation, le prévenu aurait mortellement agressé Jacques Chan Lim Wan alias Bruce Lee le 20 décembre 2003 à l’Avenue Ollier, Quatre-Bornes. L’inculpé, qui a retenu les services de Mes Hervé Lassemillante et Draunathrya Ortoo, a toutefois plaidé non coupable.
Plusieurs témoins ont été appelés à la barre hier par la partie civile, dont deux femmes qui ne sont pas des « formal witnesses ». L’une d’elle, Kamla Nunhoo, est la tante de l’accusé et entretenait en 2003 une relation amoureuse avec Bruce Lee. Elle a déclaré en cour qu’elle habite dans un centre depuis que sa maison a été détruite.
Me Rehnu Gowry-Bhurrut a demandé à Kamla Nunhoo si elle avait peur. Elle devait répondre par la négative. « Mo pa kone kouma linn (Bruce Lee) mort. Vinay ek Bruce Lee ti pe laguer ek ler monn anpess zot laguer ki mo lame inn kase », a-t-elle soutenu alors que la poursuite lui demandait pourquoi elle avait un plâtre au bras dans une photo lors de la reconstitution des faits.
Kamla Nunhoo a toutefois précisé ne pas trop se rappeler  tout ce qui s’est passé au moment des faits, mais a déclaré se souvenir d’une bagarre entre Bruce Lee et son neveu. C’est à ce moment-là, souligne-t-elle, que « feray inn tap lor mo lame ». Elle a également identifié Vinay comme étant son agresseur et celui de Bruce Lee. Répondant à une question de la poursuite, elle dira que la victime ne l’a jamais battue.
Yusuf Soopun, ancien chef de la Major Crimes Investigation Team (MCIT) et Detective Chief Inspector de la Criminal Investigation Division (CID) de Quatre-Bornes en 2003, a été appelé à la barre des témoins, ayant été le Supervising Officer dans cette affaire. Il a expliqué que l’enquêteur principal était le regretté sergent Ramloll. L’ancien Assistant Commissaire de Police (ASP), aujourd’hui à la retraite, a expliqué qu’il y a environ une centaine de mètres entre la maison de Kamla Nunhoo et celle de Bruce Lee.
Vinay Nunhoo habite, lui, derrière la maison de sa tante. Le prévenu avait 27 ans au moment des faits. L’ancien haut gradé de la police a déclaré qu’il a fallu trois jours pour mettre la main sur l’accusé. Il aurait pris la fuite et la police a dû placer une unité de surveillance afin de l’intercepter quand il rentrerait chez lui. Lorsqu’il a pris connaissance de l’accusation logée contre lui, Vinay Nunhoo aurait répondu : « Mo dakor ki finn arriv enn grav erer. Mo finn bat Bruce Lee me mo pou donn mo lanket avek mo avoka. » Yusuf Soopun a également soutenu que Kamla Nunhoo, gravement blessée, avait été admise à l’hôpital. Elle devait y rester pendant plus d’un mois.
Les travaux continuent aujourd’hui avec le dernier témoin de la poursuite. L’accusé sera appelé à témoigner au cours de la journée.