L’appelant, condamné à une semaine de prison pour avoir agressé physiquement sa femme, avait interjeté appel de la décision du magistrat de première instance, trouvant la sentence « sévère et excessive ». Le mari, qui avait plaidé coupable en cour, avait indiqué qu’il n’avait fait que pousser sa femme lors d’une dispute. Or, selon son épouse, il lui aurait asséné plusieurs coups de poing à la tête et avait continué de plus belle lorsqu’elle avait essayé de se défendre. Selon le formulaire 58 de la femme, elle portait des blessures légères à la tempe gauche.
Avant de rendre son verdict, le magistrat de première instance avait pris en considération notamment une amende imposée à l’appelant pour n’avoir pas respecté un “protection order” émis contre lui et a jugé que dans un cas de violences domestiques, une condamnation lui servirait de leçon pour qu’il ne récidive pas. De ce fait, dans l’énoncé de son jugement, la juge Ah Foon Chui Yew Cheong s’est dite satisfaite de l’analyse du magistrat et a rejeté l’appel interjeté par le mari.