Une première à Maurice pour ceux qui veulent s’initier à la voile, et ce, grâce à Sailing Pour Tous, une ONG. Gratuite, fun et sans danger, cette initiation s’adresse aux jeunes âgés de 7 à 16 ans. Cette démarche revient au couple Hervé et Sophie Laurent, deux passionnés de voile qui souhaitent familiariser les enfants au milieu marin. Selon Hervé Laurent : « Cela pourrait les inciter plus tard à opter pour l’un des métiers de la mer. » Par ailleurs, Sailing Pour Tous constitue l’un des projets sociaux d’Investec Bank Mauritius, en partenariat avec Caudan Communauté.
Hervé Laurent est connu pour ses traversées en solitaire de l’Atlantique. Fort de son expérience dans le domaine de la navigation, il a choisi avec sa femme Sophie de s’installer à Maurice, il y a un an en compagnie de leur fils Mathis. Leur rêve était de mettre sur pied une structure en vue d’encadrer des jeunes désireux de pratiquer la voile. En fondant l’ONG Sailing Pour Tous, basée au Caudan, le couple Laurent apprend non seulement aux jeunes les techniques de navigation mais aussi à protéger l’environnement et à mieux surmonter leurs peurs en ce qui concerne la mer.
Le temps est venteux ce matin au Caudan, idéal pour faire de la voile. « Lors du lancement samedi dernier, il fallait voir cette étincelle de bonheur dans les yeux des petits. Faire de la voile apporte une formidable sensation de liberté. Cela permet de transmettre à ces mêmes enfants des valeurs humaines essentielles telles que le respect des éléments, la responsabilité, la solidarité et la discipline. » Pour lui, le Caudan est un lieu tout indiqué pour cette formation. « On a déjà fait venir de France 30 Optimistes, quatre Sliders et deux Lasers. On recherche actuellement un sponsor qui pourrait mettre gratuitement à notre service un van de huit places afin de récupérer des enfants issus des régions défavorisées en vue de les amener au Caudan pour les initier à la voile. Cette activité est une première à Maurice et on remercie toute l’équipe du Caudan, Investec Bank Mauritius et tous ceux qui ont cru en nous. Cette initiation à la navigation est gratuite et ceux qui désirent nous apporter leur aide sont les bienvenus. »
Le pied marin
Lorsqu’il était enfant, confie Hervé Laurent, ses parents voulaient l’inscrire à des cours de judo et qu’au lieu de cocher la bonne case, ils ont coché celle de la voile par erreur. « Ils m’ont alors suggéré d’y aller le premier jour et d’aller au judo le jour suivant. J’ai préféré la voile et cela m’a emmené à faire deux tours du monde en solitaire. C’est un métier que je pratique depuis une trentaine d’années. À 15 ans, j’étais déjà moniteur de voile et j’ai effectué ma première traversée en solitaire à 21 ans. J’ai fait 40 traversées de l’Atlantique et deux tours du monde en solitaire dans le Vendée Globe qui était loin d’être du gâteau. »
Sophie son épouse, sa complice dans sa passion, qui vient, elle, d’une famille de marins bretons, a aussi le pied marin. « Je dois cela à mon père Yvan Leplurard qui travaillait sur le navire Ville de Curepipe et qui avait découvert votre île, il y a cinquante ans. J’aime énormément Maurice. Pour Hervé et moi, pouvoir donner des cours de voile aux jeunes, c’est du pur bonheur. » Elle ajoute : « On va également essayer de donner des cours de natation aux petits qui ne savent pas nager afin de permettre à un maximum de Mauriciens de pratiquer ce sport de glisse plus tard. Ils sont loin de s’imaginer cette sensation de bonheur d’avoir les cheveux au vent et cette douce brise sur le visage. Maurice étant entourée de mer, nous voulons amener les enfants à se familiariser avec cet environnement marin et les bateaux afin qu’ils aient, dès le plus jeune âge, les bons réflexes et les connaissances nécessaires pour assurer leur sécurité dans l’eau. Nous sommes en train d’écrire une belle histoire… »
Sophie Laurent parle aussi des ouvertures sur l’Europe : « Cette activité aura des retombées dans d’autres pays et cela contribuera au tourisme mauricien. Une équipe de médias viendra prochainement réaliser un reportage sur cette formation que nous dispensons. On remercie Craig Mc Kenzie, CEO d’Investec Bank Mauritius, d’avoir cru en notre projet, qui, d’ailleurs, cadre avec la philosophie de cette banque désireuse d’apporter son aide aux communautés au sein desquelles elle opère. Je remercie aussi Tatiana Mathieu, 14 ans, du Club de Grand-Baie, la marraine de notre club. »
Et à Hervé Laurent de conclure qu’en tant que père et instructeur, il ambitionne de « susciter des passions chez les petits Mauriciens qui permettront de les pousser plus tard aux métiers liés à la mer. »