Sur instructions du Prime Minister’s Office (PMO), le ministère des Finances a informé officiellement à la mi-journée le Mauritius Turf Club (MTC) des nouvelles conditions régissant l’organisation des courses hippiques à Maurice. Répondant à des interpellations inscrites au nom des députés Nita Deerpalsing et Rajesh Bhagwan à l’Assemblée nationale mardi, le Premier ministre, Navin Ramgoolam, a élaboré une série de mesures pour mieux réglementer la situation au Champ-de-Mars.
Dans la correspondance adressée au MTC à la mi-journée, le gouvernement souligne que ces mesures devront entrer en vigueur séance tenante, soit dès la prochaine journée de courses organisée sous l’égide du MTC. Ainsi dans la lettre, mention est faite d’abord que « no jockey whose service has been terminated by a stable will be permitted to reside in Mauritius and ride for another stable during the same season ».
Les autres obligations imposées par le gouvernement sont que « no stable should have more than two horses in a particular race ». Aucune course avec moins de six partants ne sera autorisée. D’autre part, le MTC devra veiller à ce que tout contrat entre une écurie et un jockey soit compatible à la condition sine qua non de l’existence d’un traité d’extradition avec le pays du jockey. Finalement, tout jockey devra avoir le feu de la police et de la Mauritius Revenue Authority avant de quitter le pays.
Dans un premier temps, la Gambling Regulatory Authority a communiqué ces décisions au MTC, qui se trouve devant un casse-tête déjà car au moins deux jockeys étrangers sont en situation de disqualification pour non-respect de la condition de l’existence d’un traité d’extradition.