Le maintien du Skeleton Staff dans les ministères, s’attelant à la préparation d’une reprise « soft » à compter du 15 mai

Un plan de « Staggered Hours » envisagé pour assurer l’arrivée des officiers au bureau en s’alignant sur les horaires du transport public

À fin avril, 173 000 Work Access Permits avaient été officiellement émis, le nombre devant grimper sensiblement jusqu’au 15

L’annonce formelle de l’extension du couvre-feu sanitaire jusqu’au 1er juin, avec une reprise contrôlée des activités économiques à compter du 15 mai, n’a guère changé l’équation pour les employés du secteur public encore en confinement. Ces derniers demandent plus de clarté et sont dans l’attente de directives formelles sur le Modus Operandi devant être adopté pour leur retour au bureau. Les explications des différents ministres sur le plateau de la télévision nationale de vendredi soir n’ont pu éclairer la lanterne de plus d’un à cet effet, les fonctionnaires ayant été renvoyés à leurs chefs de département respectifs.

Ainsi, depuis, plusieurs officiers déploraient « un manque d’instructions » au niveau de leurs ministères et départements respectifs. Mais dans les milieux informés à l’Hôtel du gouvernement, on laisse entendre qu’une nouvelle lettre circulaire, émise par les autorités compétentes dans les plus brefs délais, devrait faire le point sur la formule arrêtée au niveau du secteur public. Pour ce qui est du secteur privé, Business Mauritius s’est vu confier le mandat d’assurer cette transition jusqu’au 15 mai et après.

Dans l’immédiat, le Skeleton Staff, qui assure le fonctionnement des différents ministères et départements – depuis que le pays est passé en mode confinement le 20 mars dernier –, demeure en place. « Nou pe atann ki bann instriksion pou ete apartir aster vi ki kouvfe finn etann ziska premie ziun », laissait entendre le président de la Fédération des Syndicats du Secteur public, Rashid Imrith. Selon lui, outre les frontliners, qui sont engagés dans la lutte contre la propagation du Coronavirus, il y aurait aussi bon nombre d’officiers de la fonction publique qui travaillent déjà de chez eux, notamment pour le monitoring des incidences de la pandémie de COVID-19 sur leurs secteurs d’activités mais aussi dans le cadre de la présentation du budget 2020-21 dont la préparation a déjà été entamée.

A l’hôtel du gouvernement, l’on affirmait hier que l’on mettait les bouchées doubles non seulement pour l’extension du Curfew Order jusqu’au 1er juin mais aussi pour émettre les instructions à l’intention des fonctionnaires et autres employés du secteur public. De son côté, le syndicaliste Rashid Imrith faisait état d’une certaine confusion autour des instructions communiquées au niveau de certains ministres, notamment ceux de la Sécurité sociale et des Affaires étrangères pour la reprise du travail à partir du mardi 5 mai.  « Il faut un bon capitaine au niveau de la fonction publique dans les circonstances actuelles avec les 80 000 personnes concernées voulant connaître les nouvelles modalités de leur fonctionnement », soutient le syndicaliste.

Déjà selon les recoupements d’informations effectués par Le Mauricien, différentes sources tendent à indiquer que le Skeleton Staff en poste dans les différents ministères et départements depuis le lockdown le 20 mars dernier « continuera à assurer les affaires courantes et aussi pour préparer le ‘soft-launch’ à partir du 15 mai » en vue d’une reprise totale le mardi 2 juin. « Les modalités de ce fonctionnement durant ce mois de mai et de cette reprise en juin devraient être finalisées dans les plus brefs délais », affirme-t-on du côté du Prime Minister’s Office.
Des consultations ont été engagées dans les milieux officiels en vue de dégager notamment le plan de ‘Resumption of duty’ dans les ministères et départements. Les chefs des différents départements devraient établir la liste des éléments de leurs personnels dont ils auront besoin en priorité dans l’immédiat. L’on évoque aussi qu’avec les impératifs de la distanciation sociale préconisée et les nouvelles mesures en vigueur au niveau du transport public, la formule de ‘Staggered Hours’ est à l’étude pour assurer l’arrivée des fonctionnaires à leurs postes.

Cette formule qui s’annonce complexe devrait déboucher sur des changements dans les horaires de travail, avec une flexibilité prenant en compte les horaires du transport par autobus ou encore ceux du Metro-Express. Une flexibilité de 30 à 45 minutes sera très probablement accordée aux fonctionnaires dans la conjoncture. La prochaine lettre circulaire du Secretary to Cabinet et chef du service civil devra remettre les pendules à l’heure pour le retour des employés du secteur public à leurs postes.

Entre-temps, un service public, qui fonctionne à plein rendement et qui sera encore mis sous pression, autre que la Santé et la police, est bien le guichet pour l’octroi des Work Access Permits. Ces permis sont émis sur instructions du Prime Minister’s Office et le Commissioner of Police Office. A la fin de la semaine dernière, un total de 173 000 permis, dont un dernier batch de 5 000 pour le secteur privé et 1 035 pour la fonction publique, était en circulation.

Avec la reprise partielle des activités économiques du 15, notamment en période de couvre-feu sanitaire, le nombre de Work Access Permits pourrait doubler même si tout dépendra des décisions entérinées par Business Mauritius sur les modalités, notamment avec le retour dans le circuit des petits entrepreneurs et autres Self-Employed en complément aux secteurs formels. A ce stade, la formule digitale pour traiter les applications, annoncée par le Premier ministre, Pravind Jugnauth, dans son intervention du 1er mai, n’est pas encore disponible. « Le tout devra être mis en place au plus tôt mercredi, facilitant du même coup les procédures, que ce soit pour les demandeurs ou pour les autorités compétentes », fait-on comprendre dans les milieux officiels.