photo illustration

La reprise des activités économiques se préparant graduellement, Me Shaaheen Inshiraah Mohung Dawreeawoo, State Counsel, rappelle dans son article pour le dernier bulletin du bureau du DPP les responsabilités des employeurs selon les dispositions de la loi, pour garantir la sécurité de ses employés au travail face à la pandémie de COVID-19.

Dans le cadre du 2020 World Occupational Safety and Health Day célébré le 28 avril, ayant comme slogan“stop the pandemic: safety and health at work can save lives”, la State Counsel rappelle « l’importance plus que jamais de conscientiser sur l’adoption de pratiques de sécurité sur les lieux de travail et du rôle important que jouent les Occupational Safety and Health Services ». Elle avance ainsi que l’employeur se doit de protéger ses employés, selon l’article 5 de l’Occupational Safety and Health Act 2005 (OSHA 2005). Cette section de la loi explique clairement les responsabilités de l’employeur pour maintenir la sécurité au travail, notamment, comme stipulé dans l’article (2) (a) (iii) « maintain any place of work under his control, including the means of access to, or egress from it that is safe and without risks to health ».

Me Mohung-Dawreeawoo évoque la classification du COVID-19 comme une « occupational disease », confirmée par l’International Labour Organization Standards et le « fourteenth shedule » de l’OSHA 2005 qui fait mention de cette maladie transmissible comme un agent biologique. Autant de considérations internationales pour sensibiliser les employeurs au besoin de fournir les outils nécessaires aux employés pour s’assurer que leur santé au travail soit une priorité. « Now, more than ever, it is imperative that employers take note of the ongoing guidance that is being circulated by the Government and in response to ever changing work patterns, remain flexible, when it comes to reviewing the validity of their risk assessments and safe systems of work », avance la State Counsel.