Nombreux sont ces jeunes Mauriciens qui ont postulé dans des universités étrangères en février pour poursuivre leurs études supérieures. Comme chaque année, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Grande-Bretagne et la France sont les destinations les plus prisées par ces jeunes. Alors que certains auraient déjà dû prendre l’avion pour la rentrée qui a lieu en mars dans certains pays, ces jeunes sont dans l’incertitude quant à la rentrée académique de cette année.

La rentrée universitaire en Australie se fait d’habitude en avril pour les étudiants internationaux et les jeunes Mauriciens s’envolent dès le mois de mars pour remplir les formalités d’inscription avant le début des cours. Or cette année, la rentrée sera différente et même incertaine. D’une part, les Mauriciens ne peuvent pas voyager actuellement alors que l’Australie a aussi interdit l’arrivée des étrangers sur son sol en annulant des vols internationaux. Ces jeunes qui sont en contact permanent avec les agents recruteurs depuis quelques jours se disent inquiets quant à cette année académique. Même scénario pour le Canada, la France ou la Grande-Bretagne où les cours débutent d’habitude en août. Certains étudiants mauriciens ont déjà été informés par certaines institutions étrangères de la possibilité que la rentrée soit reportée.

Les institutions supérieures de ces pays envisagent d’offrir des cours en ligne entre-temps afin de ne pas pénaliser ces jeunes. Cependant, disent ces derniers, « ce sera quand même un cafouillage car par rapport aux autres étudiants déjà inscrits, nous n’avons ni de Student ID ni de repère. » Ce sera difficile dans un premier temps, estiment ces jeunes qui craignent de perdre une année. Par ailleurs, dans certaines institutions, priorité a été donnée à la continuité pédagogique sous toutes ses formes. Les formations se poursuivront en e-learning. Si la rentrée est reportée, la reprogrammation des cours se fera dans les délais les plus courts possibles en fonction de l’évolution de la situation.

Certaines institutions canadiennes ont déjà pris contact avec les étudiants pour les informer que de nombreuses mesures ont été mises en place pour les aider pendant cette période et pour les rassurer sur les conséquences qu’aura cette crise sanitaire sur leurs études. D’autre part, afin d’aider les étudiants mauriciens qui n’ont pas été en mesure de rejoindre leur pays, les résidences universitaires restent ouvertes pour les accueillir. Et afin de ne pas pénaliser les étudiants qui ont quitté le logement qu’ils occupaient, le préavis contractuel d’un mois ne sera pas opposable et ils n’auront aucun loyer à payer pour le mois d’avril.

Enfin, les étudiants qui libèrent l’un de ces logements se voient garantir la possibilité, une fois les mesures levées, de bénéficier d’un nouveau logement. Ceux qui devaient partir à la fin de ce mois-ci ou le mois prochain sont ainsi priés de garder contact avec les agents afin de suivre la situation.