Dans un communiqué émis le vendredi 20 mars, Pils (Prévention, Information et Lutte contre le Sida) indique que, dans le sillage de la décision prise par le gouvernement de confiner la population, l’Ong suspend temporairement ses services. Ce qui implique, à la fois, les services d’infirmerie et les interventions de proximité de Pils.

En revanche, l’Ong fait remarquer que « en tant que militant(e)s engagé(e)s dans la lutte contre les épidémies, nous devons jouer notre rôle dans cette mobilisation nationale contre le Covid-19 ». Elle ajoute : « Nous appelons tous nos militant(e)s, volontaires et patient(e)s à suivre les consignes données par l’État, d’éviter tout déplacement et l’engorgement des hôpitaux publics. »

La priorité de Pils demeurant « la santé et le bien-être des personnes vivant avec le VIH et les communautés vulnérables, nous travaillons actuellement à la mise en place d’un dispositif téléphonique afin d’assurer une continuité dans le soutien des personnes que nous accompagnons, en particulier les plus isolées ». De plus, l’Ong indique : « À ce stade, les National Day Care Centre for Immuno-suppressed (NDCCI) sont opérationnels jusqu’à nouvel ordre. Nous sommes en contact avec le ministère de la Santé pour suivre le maintien et les protocoles établis par les centres DCCI pour permettre aux personnes séropositives les plus vulnérables de prendre soin d’elles au mieux dans cette période. »
Par ailleurs, les programmes de substitution à la méthadone sont toujours accessibles. Pils reste en lien avec le ministère concerné sur les modalités du programme qui prennent également en compte le Covid-19.