Le Bureau régional de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l’Europe préconise l’adoption de « mesures les plus drastiques et audacieuses » dans le combat face au Coronavirus à travers les Etats européens.

Dans une conférence de presse à huis clos à Copenhague, l’OMS a exhorté les pays du Vieux continent de « doubler voire tripler d’efforts ».

Dans un premier temps, les pays européens ont dû répondre d’une façon plus individuelle face à la propagation du coronavirus sur leur territoire, selon le contexte propre à chaque Etat. Mais l’unification et la synergie des efforts se développent assez naturellement, a estimé Hans Kluge, directeur régional de l’OMS. 

Cette solidarité est vivement encouragée par l’OMS pour lutter contre le Covid-19. « Il faut harmoniser les mesures entre les Etats », estime-t-il encore.

L’organisme a insisté sur le fait qu’il était crucial que les Etats procèdent à une détection « agressive » des cas. Il faut les diagnostiquer le plus rapidement possible, avant de placer les personnes infectées en quarantaine.

Parallèlement à cela, il est également primordial, selon l’OMS, de renforcer les capacités de soins dans les établissements sanitaires, ainsi que la mobilisation citoyenne via la « distanciation sociale ».

Alors que le nombre de décès a dépassé les 7.000 personnes à travers le monde, l’OMS estime qu’il est nécessaire d' »innover et d’apprendre ».

Concernant les mesures de ‘lockdown’, l’OMS souligne qu’elles ont été très utiles en Chine ou en Italie – où le stade de l’épidémie était très avancé – pour réduire les mouvements de personnes et la propagation du virus. « Mais chaque cas est différent, il y a des risques et des bénéfices au ‘lockdown' », estime Dr Richard Pebody de l’OMS.

Quant aux difficultés d’accès au dépistage dues au manque de moyens dans certains pays, l’OMS recommande de se concentrer sur les cas les plus graves. Les personnes présentant des symptômes plus légers doivent absolument être isolées et mises en quarantaine.

Pour rappel, la branche européenne de l’OMS comprend 53 pays, dont l’ensemble de l’Union européenne, mais aussi la Russie et les pays de l’ex-URSS.