Photo illustration

Farzana Ramjean et Nazimah Molabux se trouvent en quarantaine. Elles ont regagné nos cotes le dimanche 22 mars à travers un vol en provenance de Dubai après un séjour en Inde. Selon les mesures sanitaires instaurées, elles ne peuvent être en contact avec leurs familles. Conscientes du travail fourni par ceux qui, en première ligne, font face au Covid-19, elles ont un message.

Alors que la barre des 100 patients du Covid-19 a été franchie, Farzana Ramjean et Nazimah Molabux souhaitent que chaque Mauricien prenne conscience de la situation des travailleurs de la santé, en première ligne de la lutte pour sauver des vies.

« Nou bann fami mank nou, me zot osi zot ena fami », relève Farzana Ramjean. « Zot pa dormi, zot res lwin ek zot fami. Zot ar nou 24 lor 24. Nou remersie zot ». 

Ces habitantes de Camp-Diable, âgées toutes deux de 41 ans, sont mères de familles. Elles se disent reconnaissantes envers les soignants qui s’occupent de ceux dans la même situation qu’elles.

« Là où nous sommes, il n’y a pas eu de cas, mais les équipes viennent prendre notre température trois fois par jour. Les soignants s’occupent de nous comme il se doit. Nou bien satisfe ar zot travay », souligne Nazimah Molabux.