Les dates des examens du Certificate of Primary Education ont été communiquées aux écoles primaires depuis le mois de juin. Les candidats qui prendront part à ces épreuves ont encore deux mois pour se préparer. Les examens démarreront le mardi 18 octobre et prendront fin le 21 du même mois. Les candidats débuteront les épreuves qui détermineront leur accès en secondaire avec le papier de français (9h-10h45), suivi du questionnaire des sciences (12h-13h). Les prochains jours se dérouleront comme suit: mercredi 19 octobre, Anglais de 9h à 10h45. Jeudi 20 octobre, Histoire/Géographie de 9h à 10h et Langues Orientales/Arabes de 11h15 à 13h. Vendredi, Mathématiques de 9 h à 10h 45. Quant à la date de la proclamation des résultats, le Mauritius Examination Syndicate a soumis une proposition au ministère de l’Education et attend l’approbation de celui-ci. La correction des épreuves devrait débuter dans la première semaine de novembre, comme c’est habituellement le cas. Par ailleurs, pour la première fois, depuis une quinzaine d’année, les examens des Stds IV et V auront lieu avant ceux du CPE. Les jours de congés publics expliquent ce changement dans le calendrier du troisième trimestre, au primaire. 
Si les dates des examens ont été déjà fixées et annoncées aux écoles, en revanche les syndicats du primaire, eux, auraient été laissés sur la touche par le ministère. La Government Teachers’ Union (GTU) et la Mauritius Head Teachers Association(MHTA) se disent consternés par l’indifférence du ministère de l’Education à leur égard. Les deux syndicats rappellent qu’ils sont des partenaires du ministère et disent ne pas comprendre pourquoi est-ce qu’il n’y a pas eu de consultation tripartite: Education, syndicat et MES, cette année, autour du calendrier des examens. Par ailleurs, Vinod Seegum, président de la GTU, réclame une augmentation de l’allocation de surveillance. « Il n’est pas normal que des enseignants ne touchent que Rs 2 200 pour quatre jours de travail! Pour les élections, on leur donne Rs 5 000 par jour et Rs 11 000 pour l’exercice de recensement. La GTU en a aparlé au directeur du MES et nous attendons que notre demande soit entendue! », déclare Vinod Seegum. De son côté, Jagarnaden Sunassee, président de la MHTA partage le même avis que son collègue de la GTU et ajoute même que l’allocation pour l’exercice de correction doit être revue à la hausse.