Après Agaléga et Maurice, le personnel qui sera mobilisé dans le cadre des prochains examens du Certificate of Primary Education, à Rodrigues, a assisté à un briefing hier. Celui-ci a été animé par des officiers du Mauritius Examinations Syndicate, qui se sont rendus dans l’île précisément pour cet exercice. A Maurice, ce sont 5 688 personnes (excluant le personnel du MES) qui ont été mobilisées pour les examens. A un peu plus d’une semaine des examens, Lucien Finette, directeur du MES, explique que les derniers préparatifs sont en passe d’être bouclés. Jusqu’ici, l’organisation des épreuves s’est déroulée dans l’ordre. Les questionnaires « sont actuellement gardés en lieu sûr sous haute surveillance ». Des doubles, de même qu’une deuxième série, pour palier à toute éventualité, ont été prévus. Le directeur du MES explique que les six centres de correction font l’objet d’une attention particulière en matière de sécurité et seront bientôt équipés en lignes téléphoniques pour faciliter la communication, via Internet, avec le MES. 2100 correcteurs seront affectés à l’exercice de correction cette année. Celui-ci débutera le 8 novembre. Des 26 012 candidats inscrits aux examens, 24 900 sont de Maurice. Cette année, le nombre de garçons (13 171) chez les candidats de Maurice est plus important que celui des filles. Un fait rare, note Lucien Finette. Aussi, 2 477 candidats privés (Maurice) participeront aux examens. 134 candidats ont signalé des problèmes physiques, 29 auront droit à des questionnaires aux caractères amplifiés et 2 auront des questionnaires en braille. Par ailleurs, 4 candidats ont fait la requête pour être assistés dans l’écriture des réponses et 9 autres, pour la lecture des questionnaires. 10 détenus prendront, eux aussi, part aux épreuves du CPE. L’île d’Agaléga présentera 10 candidats. Parmi les school candidates qui participeront aux examens le 18 prochain, l’un d’entre eux vient d’Agalega. Dans cette optique, ses papiers seront différents des candidats mauriciens. A Maurice, 333 centres d’examens accueilleront les candidats durant les 4 jours d’épreuves. Ces centres disposent, au total, 1 590 salles. D’autre part, la Government Teachers Union, attend toujours le montant de l’allocation des quelque 3 000 surveillants. Le syndicat avait demandé une augmentation et pense que c’est au Pay Research Bureau de fixer le quantum de ce montant. La GTU estime que l’allocation de Rs 2 227 (sans révision) est dérisoire.