Dans la forme, la présentation des résultats du Certificate of Primary Education (CPE) a changé. Une nouvelle formule a pris le relais à l’ancienne qui, jusqu’à 2011, consistait à présenter le pourcentage de réussite global des candidats. Selon la nouvelle formule, 76.5% des 18 000 candidats qui ont pris part pour la première fois aux dernières épreuves ont réussi celles-ci. Et 40% chez les 4 084 repeaters. Mais dans le fond, nouvelle ou ancienne formule, le taux de réussite global des candidats ne dépasse pas la barre convoitée des 70%. Et le taux d’échec, est de 31.21%. La Government Teacher’s Union, principal syndicat des enseignants, est en faveur de cette nouvelle formule, puisque celle-ci met l’emphase sur la performance des candidats qui prennent part aux examens pour la première fois. D’ailleurs, il est possible que les school candidates (du primaire) ne participent qu’une seule fois aux examens du CPE. Ceux qui échoueront seront canalisés vers le secteur prévocationnel et pourront concourir aux examens, pas en tant que repeaters. Lors du forum sur le CPE, prévu demain, la GTU envisage de défendre cette proposition, laquelle selon nos informations est étudiée au plus haut niveau.
Le ministre de l’Education, Vasant Bunwaree, est heureux. Il n’a pas caché sa satisfaction, lorsqu’il a annoncé à la presse l’amélioration de la performance des candidats aux derniers examens du CPE. Cette année, un pourcentage, en l’occurrence 76, 5%, est mis en avant. Il s’agit du taux de réussite de quelque 18 000 écoliers qui ont participé aux examens de fin de cycle du primaire pour la première fois. A priori, l’on pourrait croire que la fameuse barre des 70% a été enfin dépassée. Mais dans le fond, le taux de réussite globale (first sitting et repeaters) reste en dessous de ce pourcentage, avec 68.79%. Du côté des repeaters, le pourcentage de réussite cette année est de 40%. Néanmoins, il y a eu en effet une amélioration de la performance des candidats, et ce qu’ils soient à leur première ou deuxième tentative respectivement. Selon les chiffres publiés par le Mauritius Examinations Syndicate (MES), le taux de réussite pour les candidats first sitting de 2005 à 2011 se situe entre 64.90% et 68.56% et pour les redoublants, 36.1% (en 2007) et 40.4% (2006). Toutefois, le nombre de candidats (22 697 pour Maurice et Rodrigues) en 2012 est inférieur à celui des années précédentes.
La présentation des résultats du CPE sous la nouvelle formule qui catégorise la performance des candidats selon leur participation aux examens, donne aussi un aperçu de la performance des repeaters de la présente année, ajoutée à celle des first sitting de l’année précédente. En effet, car les repeaters qui ont réussi les examens cette année, étaient aussi candidats aux examens en 2011. Et les deux performances combinées donnent un pourcentage de réussite de 83.29%. En présentant le taux de réussite des candidats de cette manière, l’on aurait tendance à dédramatiser le taux d’échec au CPE, problématique récurrente ! Sous cet angle, le taux d’échec passe à moins de 20%, alors que chaque année, c’est un pourcentage de 35% qui est pointé du doigt. Cette nouvelle formule, convient parfaitement au ministère de l’Education, vis-à-vis des plate-formes internationales, qui s’intéressent de près à la performance des écoliers. Ainsi, Maurice rougirait moins en annonçant plus de 80% de réussite chez des écoliers qui concourent pour une place en secondaire !