Le bureau de l’Ombudsperson for Children n’est pas resté indifférent à la lettre de Jimmy Harmon, Head of Applied Pedagogy à l’ICJM, concernant le changement de centre d’examen pour une centaine de candidats du CPE de la filière Prevocational, et qui aurait provoqué des incidents. Le responsable de l’ICJM a demandé à l’Ombudsperson for Children d’enquêter sur les facteurs qui ont provoqué ces incidents avant de jeter le blâme complètement sur ces candidats.
L’Ombudsperson for Children a répondu à Jimmy Harmon qu’une enquête sur ces incidents « is currently under way ». Le pédagogue apprécie, dit-il, la réaction immédiate de l’Ombudsperson et fait confiance à cet organisme qui veille au respect des droits des enfants. Jimmy Harmon explique à nouveau l’esprit de sa requête : « Je ne cautionne nullement des cas d’indiscipline de n’importe quelle nature et j’ai dit à l’Ombudsperson que tout cas de “gross misconduct” avéré doit être sévèrement sanctionné. Mais il n’est pas juste que tous les candidats Prevocational dans ces deux centres d’examens soient transférés dans leurs collèges respectifs alors qu’il s’agissait d’actes individuels. Il est bon aussi de connaître les raisons qui ont motivé ces cas d’indiscipline qui se sont produits dans la cour de l’école et non en salles d’examens. L’Ombudsperson qui est un organisme indépendant va situer les responsabilités et fera des recommandations », dit Jimmy Harmon.
Par ailleurs, il y a eu cette année 4 500 candidats de Prevocational aux examens du CPE, soit le double de l’an dernier. Selon Lucien Finette, directeur du MES, cette augmentation a donné lieu à un grand regroupement de candidats de cette filière dans certains centres d’examens particulièrement. « Même si ces candidats sont d’un groupe d’âge différent de ceux du primaire il n’y a jamais eu de gros problèmes les années précédentes. Il se pourrait que les incidents qui ont eu lieu dans ces deux écoles soient dus tout simplement au fait qu’ils étaient plus nombreux et se sentaient plus forts pour taquiner les plus jeunes. Il ne faut pas dramatiser le problème », dit Lucien Finette.
Dans le sillage de ces incidents, des parents et même des enseignants ont souhaité que pour les années suivantes les candidats du Prevocational soient séparés de ceux du primaire. Le directeur du MES n’approuve pas cette proposition pour diverses raisons d’ordre pratique et pédagogique. « A la lumière de ce qui s’est passé nous allons prendre d’autres dispositions pour que tous les candidats d’un seul collège ne se retrouvent pas dans le même centre d’examens. Il faut les disperser », affirme le directeur du MES. Étant donné que ces incidents se sont déroulés à l’heure de la récréation, le MES envisage pour les années suivantes d’avoir un seul examen par jour. Les examens se dérouleront alors sur cinq jours au lieu de quatre.
Rappelons que les résultats de ces derniers examens du CPE seront connus au plus tard le 12 décembre et l’examen pour un resit dans une seule matière aura lieu le 20 décembre. Selon les statistiques du MES il y aurait chaque année environ 1 500 candidats qui n’arrivent pas à obtenir le diplôme du CPE parce qu’il leur manque une seule matière et ils ne peuvent alors rejoindre le mainstream du secondaire. Après discussions avec le MES, le ministère de l’Éducation a décidé à leur intention une épreuve de repêchage et qui pourrait leur éviter une deuxième année du CPE au primaire. A signaler qu’il y a eu 25 981 candidats (school and private) aux examens de 2013 et ce nombre inclut aussi ceux de Rodrigues et d’Agalega. Toutefois des questionnaires différents sont proposés à ceux se trouvant à Agalega avec un souci de prendre en considération la situation dans cet archipel.