Le ministre de l’Éducation se dit « pleinement satisfait » des résultats de la cuvée 2013 du CPE. Selon Vasant Bunwaree, les programmes comme l’Enhancement et le Sankoré ont joué un rôle certain dans cette performance, qualifiée de « spectaculaire ». Ce qui l’amène à dire que Maurice commence à bénéficier des retombées de la réforme enclenchée.
Le progrès de 1,04% dans le taux de réussite des First Timers est lourd de sens pour le ministre de l’Éducation. Ces dernières années, « on progressait par décimales ». Vasant Bunwaree se dit d’autant plus satisfait que la performance des écoles ZEP est « en constante progression depuis plusieurs années ». Et d’ajouter qu’avec le nouveau projet de l’ESSA Foundation, financé par la Banque africaine de développement, les élèves de ces écoles bénéficieront de « nouveaux outils pour avancer ».
Vasant Bunwaree rappelle que le premier groupe d’élèves ayant suivi l’Enhancement Programme a pris part au CPE cette année. Selon lui, la bonne performance de cette année pourrait découler des bénéfices de ce programme ainsi que du projet Sankoré et des assessment réguliers. « L’année prochaine, toutes les classes du CPE auront leurs tableaux interactifs pour le Sankoré. Les enseignants ont déjà été formés. »
Outre le pourcentage, le ministre note aussi « l’amélioration de la qualité » des résultats. « Le nombre d’enfants ayant obtenu 4 A+ a doublé comparé à l’année dernière. » Concernant le ‘resit’, sur les 1 782 candidats qualifiés pour cet exercice, 55% devront repasser leur papier d’anglais. Ce qui vient confirmer qu’il y a davantage d’échecs dans cette matière que dans les autres. La difficulté à maîtriser l’anglais pouvant influencer également les résultats d’autres matières, le ministère envisage d’introduire des questionnaires bilingues (anglais et français) dans un proche avenir. « Nous souhaiterions le faire dès l’année prochaine, mais nous ne voulons pas bousculer les enfants. Il faut qu’ils soient d’abord habitués à travailler avec des questionnaires bilingues. »
Vasant Bunwaree est aussi d’avis que l’introduction du kreol à l’école a offert plus de liberté aux enseignants pour utiliser cette langue comme médium pour certaines matières. Ce qui explique sans doute, selon lui, les « bonnes performances » en maths ou en histoire–géo par exemples. Les candidats au ‘resit’ bénéficieront de cours de rattrapage dans 36 centres à travers l’île. Ces mêmes centres seront utilisés pour l’examen du 20 décembre.