Cette année encore, l’école ZEP de Bois-des-Amourettes s’est démarquée en enregistrant un taux de réussite de 80 %. Deux élèves ont ainsi obtenu leur entrée dans un collège national : Sevish Babooa au Royal College Port Louis (RCPL) et Pravind Lemontagnard au Sir Lecraz Teelock SSS. Mais pour le premier nommé, l’euphorie des premiers instants suivant les résultats laisse peu à peu place à l’angoisse. Il devra faire un trajet de 2 h chaque matin et chaque après-midi s’il fréquente cette institution.
Le village côtier de Bois-des-Amourettes célèbre son premier enfant admis dans un collège Royal. Sevish Babooa fait la fierté des siens depuis hier. Non seulement il a eu son entrée dans un des collèges les plus demandés du pays, mais il a su relever le défi en étant dans une école ZEP.
Gardant le sourire, le jeune garçon avoue qu’il était confiant après les examens. « Mon père a téléchargé tous les questionnaires. Nous les avons retravaillés avec l’aide de ma soeur et j’avais eu de bonnes notes. » Mais pour le collège Royal c’était une surprise, même s’il figurait parmi les premiers choix de ses parents.
Avec 5 A+ et un A, Sevish Babooa a su démontrer qu’on pouvait réussir même en étant dans une école catégorisée ZEP. Toutefois, cette joie est quelque peu entachée par le long trajet qu’aura à entreprendre le jeune garçon chaque jour, pour se rendre dans cette prestigieuse institution. « Nous ne savons comment faire. Cela va être très éprouvant pour lui. Il devra quitter la maison vers 5 h 30/5 h 45 pour aller à Mahébourg et de là, prendre le bus de Port-Louis. Il aura au moins deux heures de voyage chaque matin et chaque après-midi », confie le père, Sanjeev Babooa, inquiet.
Ne sachant à quelle porte frapper, ce dernier lance un appel au ministre de l’Éducation pour qu’il considère le cas de cet enfant habitant une région excentrée. « S’il pouvait être transféré au Royal de Curepipe cela aurait été moins éprouvant pour lui. »
Dans son école faisant face à la mer, Sevish se rappelle encore de cette année de CPE où il a dû travailler dur. « Je me suis appliqué sans pour autant être stressé. Je révisais régulièrement les leçons apprises en classe, je faisais beaucoup de lecture. Je remercie mes enseignants de l’école et de leçons particulières pour m’avoir encouragé. »
Pour le moment, le jeune garçon ne pense pas encore au métier qu’il pourrait faire plus tard. Il dit tout de même son intérêt pour les matières comme les sciences et les maths. Cela ne veut pas dire qu’il a négligé les langues. « Je lis beaucoup, c’est très important. »
Pour la motivation, Sevish peut compter sur sa soeur aînée Akshi, étudiante au France Boyer State College. « Elle m’encourage à lire et à travailler. Des fois elle m’aide à réviser. »
En attendant de reprendre le chemin de l’école, Sevish profite des vacances pour s’amuser comme tous les enfants de son âge. Surtout que Bois-des-Amourettes offre un cadre propice pour permettre aux enfants de s’épanouir en pleine nature.