Le système étant bien rodé depuis plusieurs années dans l’organisation des examens de fin d’études au primaire et au secondaire, la distribution des enveloppes contenant les “results slips” aux responsables des écoles primaires du pays s’est déroulée rapidement et dans l’ordre. Bien avant 7 heures ce matin, les chefs d’établissements étaient en effet déjà dans la cour du MES, et avant 7h30, la quasi-totalité avait déjà pris possession des résultats de leurs candidats. Même constat concernant Rodrigues, où, à 7 heures, la Commission de l’Éducation avait réceptionné en ligne les résultats  des candidats de l’île. Quant à Agalega, le MES a envoyé au Resident Manager par fax, à 8 heures, ceux des candidats de l’archipel.
Lucien Finette, directeur du MES, affichait une grande satisfaction ce matin à l’effet que le personnel ait pu respecter le délai pour la proclamation des résultats du CPE 2014, mais aussi devant le bon déroulement de l’exercice de ce matin. « L’équipe a fait un travail exemplaire pour nous permettre de donner les résultats avant les élections. Et je suis content qu’on ait pu les livrer à temps », dit-il.
S’agissant du taux de réussites de cette année, Lucien Finette avoue qu’il aurait souhaité voir « une grosse amélioration » mais il tempère ses propos en faisant remarquer que cette régression de 0,27% est une variation « très minime ». Il soutient en outre qu’avec le maintien du taux à 77%, « on est sur la bonne voie », selon lui. « Dans l’ensemble, le résultat est le même que celui de l’année dernière. Plusieurs initiatives ont été prises ces dernières années par le ministère pour améliorer la performance des enfants ainsi que la qualité de cette performance. Et c’est dans la durée qu’on obtiendra les résultats de ces mesures. Mais le plus important, selon moi, c’est qu’on ait pu dédramatiser ces examens avec plusieurs mesures comme, par exemple, la possibilité d’un “resit” et  l’augmentation du nombre de places en Form I dans les collèges. Obtenir le CPE devient plus facile aujourd’hui et il y a donc moins de stress parmi les enfants et du côté des parents », affirme le directeur du MES.
Rappelons que le “resit”, introduit l’an dernier, offre une seconde chance aux candidats ayant échoué dans une seule matière en leur faisant la repasser en vue d’obtenir leur diplôme de CPE, indispensable pour une admission en Form I. Avant 2013, les élèves ayant échoué une première fois aux examens du CPE à cause d’une seule matière devaient en effet recommencer leur année.
Après les élections générales de la semaine prochaine, le pays retrouvant alors son calme, le MES s’attellera à l’organisation des épreuves de rattrapage. On dénombre 1 353 candidats cette année, contre 1 779 en 2013, qui prendront part au “resit”, lequel se tiendra le lundi 22 décembre. Les résultats, eux, seront annoncés une semaine plus tard, soit le 29 décembre. Soulignons qu’il n’y aura pas d’épreuves de rattrapage cette année en langues orientales. Le nombre de candidats par matière pour le “resit” s’établit comme suit : 483 pour l’anglais, 341 pour le français, 479 pour les mathématiques, 22 pour l’histoire et la géographie, et 28 pour les sciences.
Par ailleurs, avec la baisse du nombre de candidats d’année en année, il n’y aurait plus, de nos jours, selon le directeur du MES, de problème de manque de places en Form I dans les collèges. « Il y avait 14 431 places en Form I à remplir pour l’année prochaine. Il y a en fait beaucoup plus de places que de demandeurs, ce qui est donc moins stressant pour les parents. Il y a aussi bien moins de “no school cases” cette année », affirme Lucien Finette.