Le taux d’inflation (headline inflation) est passé de 1,3 % à fin mars 2017 à 1,5 % à fin avril 2017 résultant d’une progression de 0,9 point de l’indice des prix à la consommation (CPI).
Selon Statistics Mauritius, le CPI est passé à 113,4 points à la fin du mois écoulé par rapport à 112,5 points à fin février 2017. Cette augmentation est en grande partie expliquée par la montée des prix des légumes (+ 0,5 point) alors que les produits alimentaires (+ 0,1 pt), le billet d’avion (+ 0,1 pt), les véhicules motorisés (+ 0,1 pt), les intérêts sur le prêt logement (+ 0,1 pt) et les autres produits/services (+ 0,1 pt) ont également coûté plus cher. En revanche, les prix des boissons alcoolisées ont légèrement fléchi (-0,1 pt).
Comme cela a été le cas pour les mois précédents, l’augmentation des prix des légumes a eu, en avril 2017, un impact défavorable sur le sous-indice pour les produits alimentaires, faisant grimper celui-ci de 1,8 %. En mars 2017, ce même sous-indice avait subi une hausse de 2,4 %. Les données recueillies par Statistics Mauritius indiquent également que le sous-indice pour le transport s’est maintenu sur une courbe ascendante, progressant de 1,5 % après une augmentation de 1,1 % en mars 2017 due principalement à la révision des prix des carburants.
Le taux d’inflation basé sur la moyenne annuelle du CPI pour les douze mois se terminant en avril 2017 comparée à celle des douze mois se terminant en avril 2016 s’élevait à 1,5 %. A fin mars 2017, le taux s’établissait à 1,3 %. Quant au taux d’inflation « year-on-year » (écart entre le niveau du CPI pour un mois donné et celui du même mois de l’année précédente), il est passé à 2,9 % en avril 2017 par rapport à 1,3 % en mars 2017.
Dans le communiqué émis vendredi dernier à l’issue de la réunion du comité de politique monétaire, la Banque de Maurice (BoM) avait signalé que le taux d’inflation (headline inflation) avait connu une hausse au cours du premier trimestre 2017, passant de 1 % en décembre 2016 à 1,3 % en mars 2017 mais avait trouvé que le taux « remains low and stable ». La banque centrale avait relevé que les pressions inflationnistes sous-jacentes étaient relativement faibles.
Les techniciens de la BoM anticipent pour 2017 un taux d’inflation autour de 2 % à condition qu’il n’y ait pas des « chocs ».