lls sont à égalité à une journée de la fin des hostilités dans la saison régulière 2014. L’un est à la recherche d’une première Cravache d’Or au Champ de Mars, l’autre a déjà goûté au sacre une fois. Cédric Ségeon et Johnny Geroudis comptent chacun 36 victoires dans l’escarcelle. Le sprint final est lancé.
On pensait que la pénultième journée allait dénouer le noeud entre le jockey de Merven et celui de Rousset. Mais il n’en fut rien. Des circonstances de course auront fait que ni Ségéon ni Geroudis n’ont pu visiter la winner’s enclosure, Cédric s’appuyant pourtant à un partant près d’une full card, tandis que Johnny avait de bonnes raisons de croire avec une 40e journée où la qualité primait sur la quantité de ses montures.
Sept montes, un seul placé seulement — le favori The Pieman, 2e et battu par 0,75 longueur de Trainanius — la récolte était maigre pour le Français. Mais il ne désarme pas pour autant. « On a connu jusqu’ici une très belle saison. La Cravache d’Or n’est pas un but en soi. Mais en bon compétiteur, je me battrai jusqu’au bout pour faire plaisir à mon employeur. On a fait une très bonne saison. Pour moi, le titre serait la cerise sur le gâteau. 2015, je serai encore chez Merven », remarque Ségeon, 32 ans et qui achève samedi sa cinquième saison, sa quatrième entière au Champ de Mars.
Geroudis qui, sur le papier, paraissait, lui aussi, armé samedi dernier, aura vite déchanté lors de cette 40e journée. Deux accessits en cinq montes — Recall To Life 2e battu 0,50 longueur par Abington et Colour Of Courage 4e à 4,50 longueurs de Joe’s Legacy — et le compteur de la cravache de Rousset est resté bloqué. Mais le Sud-Africain, 44 ans et qui a déjà goûté à l’ivresse d’un sacre en 2012, reste ambitieux pour samedi. « J’ai gagné une fois le titre de jockey champion et j’ai été dans le top 3 à deux reprises. Il’s another challenge and it will be a nice reward if I do it again ».