Tanveer Toofany, 20 ans, fait l’objet d’une charge provisoire de meurtre en cour de justice. Il est accusé d’avoir été impliqué dans la mort d’Aboo Swaleh Futta, 54 ans, le 6 juillet dernier, à Vallée-des-Prêtres. Après avoir pris connaissances des circons- tances entourant cette affaire, la magistrate Manjula Kumari Boojharut a accédé à sa demande de remise en liberté, contre une caution de Rs 75 000 et la signature d’une reconnaissance de dettes de Rs 500 000.

Tanveer Toofany et son frère Ramduth avaient été arrêtés par la Major Crime Investigation Team (MCIT) après la mort d’Abdoo Swaleh Futta. Tanveer Toofany avait alors déclaré qu’il avait accompagné son frère et trois Malgaches dans un 4×4 en vue de récupérer une somme de Rs 111 000 que devait la victime. Mais au domicile de la victime, une bagarre a éclaté. La fille de la victime, qui avait assisté à l’agression, avait demandé aux agresseurs d’emmener son père à l’hôpital, vu qu’il portait des blessures à la tête. Mais ces derniers avaient décidé de fuir.

En cour, concernant sa demande de remise en liberté, la police avait formulé deux points d’objection, soit le risque qu’il interfère avec les preuves et qu’il tente de fuir la justice. La police avait avancé que l’arme du crime n’avait pas encore été sécurisée et que de relâcher la victime lui permettrait de s’en débarrasser. La magistrate devait accorder le bénéfice du doute à la police concernant ce risque. Elle devait toutefois trou- ver que le prévenu est jeune et vient de compléter ses études secondaires, vivant avec sa famille. En outre, selon la magistrate, la police n’a pu établir qu’il y avait un réel risque que Tanveer Toofany puisse prendre la fuite et éviter la justice s’il recouvrait la liberté. Enfin, la magistrate a fait savoir qu’il n’y avait jusqu’à l’heure aucun lien prouvant que le prévenu est l’auteur du crime, et ce notamment du fait qu’il n’a pas été identifié par les témoins oculaires comme étant l’auteur de l’agression.

De ce fait, la magistrate a accordé au suspect la liberté conditionnelle contre une caution de Rs 25 000 et la signature d’une reconnaissance de dettes de Rs 500 000. Il aura aussi à se présenter au poste de police le plus proche tous les jours entre 6h et 18h. Il fait aussi l’objet d’un couvre-feu et ne pourra sortir du domicile assigné entre 20h et 5h du matin.