Soixante-douze heures après le meurtre atroce de Mantee Murchoyea, aussi connue sous le nom de Bindu, âgée de 55 ans et habitant Petite-Rivière, le mystère s’épaissit alors que le Central CID, sous la supervision de l’assistant commissaire de police, l’ACP Pregassen Vuddamalay, multiplie les pistes en vue de remonter la trace du meurtrier. Sur le terrain, dans les environs de bassin Cahin à Petit-Verger, Petite-Rivière, une équipe de la Special Supporting Unit (SSU) est déployée depuis la mi-journée en vue de retrouver l’avant-bras droit de la victime, sectionné lors de l’agression dimanche.
Les derniers détails disponibles après l’autopsie pratiquée par le Chief Police Medical Oficer suppléant, le Dr Maxwell Monvoisin, indiquent que la victime avait été découpée en pas moins de treize parties, soit la tête, le buste en deux parties, dont l’Upper and Lower Limbs, les pieds en trois parties chacun et les bras en deux. Dans les milieux proches des enquêteurs de la police, l’on soutient que « le meurtrier s’est livré à un véritable acte de barbarie sur la victime ».
Alors que dans la matinée d’hier, on mentionnait que les avant-bras avaient été récupérés, un exercice de vérification entrepris dans la journée devait confirmer que l’avant-bras droit de la victime était toujours manquant. Le bassin Cahin a été dévidé de toute son eau et les trois pieds de boue ont été fouillés de fond en comble, en vain.
De nouvelles recherches sont effectuées aujourd’hui et si cette partie du corps est récupérée loin du bassin, les limiers de la Major Crime Investigation Team devront être en mesure de se rapprocher des lieux du crime. A ce stade, la certitude est que Bindu Murchoyea a été exécutée ailleurs et transportée dans des sacs probablement sur un deux-roues pour être jetée dans le bassin d’irrigation. L’avant-bras droit pourrait être tombé en cours de route sans attirer l’attention du meurtrier.
Autre détail majeur qui a émergé : la victime aurait été dépouillée de tous les bijoux, dont une bague, des bracelets et une chaîne, qu’elle avait l’habitude de porter quand elle sortait alors que très peu d’indices probants pouvant mener au meurtrier ont fait surface à ce jour.
Dans la matinée, l’ACP Vuddamalay a animé un briefing élargi au QG du Central CID, réunissant des enquêteurs de la MCIT, du Central CID et de la CID de la Western Division, notamment des limiers affectés à Petite-Rivière, Albion et Beau-Bassin. Au cours de cet exercice, plusieurs hypothèses de travail ont été établies avec dans l’immédiat, l’accent sur l’audition des proches parents de la victime.
L’objectif prioritaire de la police est de consigner les témoignages de ceux qui ont été en contact physique ou au téléphone avec Bindu Murchoyea dans la journée de dimanche en vue d’établir son emploi du temps car la dernière fois qu’elle a été vue en vie remonte à 10 heures ce jour-là. Ces éléments devront mener les enquêteurs au lieu du crime, qui reste un mystère, et à son auteur.
L’enquête policière se poursuit.