Dix-huit mois après l’éclatement du scandale du Ponzi Scheme, avec des fonds d’un peu plus de Rs 1 milliard détournées officiellement, plus de 2 000 victimes recensées par la banque de Maurice et le Central CID et une centaine de suspects inculpés provisoirement, un nouveau développement est intervenu en fin de semaine. Un premier groupe de victimes, soit exactement 121, peuvent souffler car elles sont en mesure de recouvrer leurs  placements. Elles sont en effet convoquées au QG du Central CID pour les procédures de remboursement et les premiers renseignements indiquent que le montant qui sera restitué ne sera que Rs 35,8 millions.
Ces cas de remboursement ne concernent que des clients ayant été tentés par les promesses du Sunkai Ponzui Scheme, soit l’un des systèmes les plus rodés démantelés lors de cette enquête-marathon menée par le Central CID sous la double supervision des assistants commissaires de police Pregassen Vuddaamaly et Heman Jangi. Les renseignements glanés par Le Mauricien de sources concordantes auprès de The Office of the Director of Public Prosecutions (DPP) et du Central CID indiquent que cette opération de remboursement fait suite à un ordre de la Cour suprême obtenu dans le cadre de l’enquête.
Les bénéficiaires de ces remboursements sont des clients de Sunkai, qui avaient fait des placements par chèques dont les montants varient entre Rs 50 000 et Rs 500 000 et qui n’auront obtenu aucun dividende généré. Les chèques de ces 121 clients font partie des 350 Office Cheques saisis lors des différentes descentes policières en présence de Bhimla Ramloll, alias Mme Kaba, qui est déjà sous le coup d’une condamnation dans une affaire de pots-de-vin lors de l’octroi des étals par la municipalité de Quatre-Bornes.
« Ce sont uniquement des clients qui avaient déposé des Office Cheques Cleared par les banques commerciales et qui n’ont obtenu aucun remboursement, qui sont actuellement remboursés. La liste de ces bénéficiaires a été soumise à la Cour suprême dans le cadre des procédures pour le Release of Fund sous l’Assets Recovery Act. Les hommes du Central CID ont entrepris une longue enquête sur ces différents cas, qui sont en majorité des “Genuine and Clear Cases” de fonctionnaires et autres employés à la retraite, qui avaient cru vouloir faire fructifier de manière rapide leurs “lump sums”. Il y a d’autres cas d’emprunts auprès de la Mutual Aid », fait-on comprendre dans les milieux concernés.
En ce qui concerne le sort de la majorité des victimes des Ponzi Schemes mis hors état de nuire depuis avril de l’année dernière, les procédures d’enquête se poursuivent pour décider de la formule de remboursement, vu qu’ils ont déjà encaissé des paiements. Des déductions sont à prévoir dans leurs capitaux mais, en cette fin de semaine, aucune indication n’a été établie officiellement.
En ce qui concerne l’enquête du Central CID, ayant débouché sur plus d’une centaine de suspects – dont, parmi les têtes d’affiche, Madame Kaba, Marhorie Bazerque, Arun Mossudde, Sanjeev Luchoomun et Bimal Bissessur –, les dernières consultations entre les responsables du Central CID et de la Financial Services Commission en vue de dresser les “indictments” sont actuellement en cours. En principe, le ministère public compte assigner des représentants du régulateur des services financiers en tant que témoins pour démontrer l’intention criminelle des promoteurs de ces Ponzi Scheme, ayant englouti pas mois de Rs 1 milliard avec seulement une infime partie susceptible d’être recouvrée par les autorités.