Mamade Emamally, 45 ans, est poursuivi devant les Assises pour le meurtre d’Abdool Raouf Choomka, commis le 22 décembre 2012. Son homme de loi, Me Gavin Glover, avait logé une motion pour que son client bénéficie de la remise en liberté sous caution en attendant de faire face à son procès. Le juge Bobby Madhub a accédé à sa requête. L’accusé devra s’acquitter d’une caution de Rs 100 000 et d’une reconnaissance de dettes de Rs 200 000.
Le juge Bobby Madhub, qui a rendu son Ruling vendredi dernier, a accordé la liberté conditionnelle à Mamade Emamally, prenant en compte les trois années écoulées depuis son arrestation. Le juge devait aussi rappeler que le procès de Mamade Emamally ne sera pas appelé sur le fond avant novembre 2016. En plus de sa caution, l’accusé devra élire domicile chez sa soeur à Petit-Verger, avec un couvre-feu imposé à partir de 21 h. Il devra aussi se présenter au poste de police de la localité deux fois par jour et ne doit en aucun cas entrer en contact direct ou indirect avec les témoins potentiels.
En 2012, Abdool Raouf Choomka, 53 ans, qui habitait rue Noor-E-Islam, Camp-Yoloff, fut victime d’une agression près d’un jardin d’enfants de Plaine-Verte. Le défunt, ramasseur de bouteilles en plastique vides, avait quitté son domicile à 4 h 30 le jour du drame. Son corps, gisant dans une mare de sang, fut découvert à proximité du jardin d’enfants. La victime avait été transportée par la police à l’hôpital Jeetoo, mais Raouf Choomka n’a pas survécu à ses blessures, commises à l’arme blanche. L’autopsie a attribué son décès à un « shock due to chopped wound at the head ». Mamade Emamally avait été arrêté par la suite, la police étant en présence de preuves accablantes contre lui. Des traces de sang furent relevées sur son vélo. Selon les détails de l’enquête, trois témoins, soit des habitants de la localité, auraient incriminé Mamade Emamally pour ce meurtre.