L’enquête du Central CID sur une affaire de détournements de fonds de l’ordre de Rs 105,4 millions au préjudice de Clensy Appavoo, fondateur de HLB Appavoo Associates Ltd et ancien président de la Mauritius Employers Federation, a pris depuis la fin de la semaine de nouvelles proportions. La conséquence est que trois enquêtes différentes ont été diligentées sur cette saga financière. D’abord, Winsy Buttié, celle qui est présentée comme la Lady du Mauritius Turf Club en raison de son influence dans les tribunes officielles au Champ de Mars, a été appréhendée par le Central CID à la conclusion de la déposition de Clensy Appavoo. Sa remise en liberté provisoire contre une caution n’est pas pour demain car la Bail Motion déposée par ses conseils légaux, Mes Ashley Ramdass et Varuna Bunwaree, ne sera débattue que vendredi prochain. Néanmoins, elle n’est pas restée les bras croisés. Sa première riposte sur la gestion de la société offshore Cordial OI Ltd a suscité les premiers remous, des limiers du Central CID débarquant au QG de HLB Appavoo Associates pour exécuter un mandat de perquisition. Le patron de cette société d’experts-comptables est déjà sous la menace d’un arrest on departure logé par les enquêteurs au Passport and Immigration Office. Et le dernier élément conséquent demeure des intérêts relancés des autorités mauriciennes dans les circonstances du décès au début d’avril 2011 à Maurice de Michel Corvalan, gérant de la société Cordial OI Ltd. Les enquêteurs de la police veulent tirer au clair des allégations de suspected foul play.
Dans sa déposition, qui s’est échelonnée sur plus d’une semaine et consignée en présence de son conseil légal, Me Antoine Domingue, Senior Counsel, Clensy Appavoo a révélé en détails les différents cas de détournements de fonds reprochés à Winsy Buttié pour arriver au montant de Rs 105,4 millions. Ainsi, dans les jours à venir, un groupe de treize employés de HLB Appavoo Associates Ltd, identifiés comme étant des bénéficiaires du réseau Buttié, devront être convoqués pour être entendus under warning sur les montants qui ont été versés en leurs noms et les raisons justifiant ces largesses. La mère de Winsy Buttié pourrait également être interrogée parce que son nom figure sur le payroll de la société alors qu’elle n’en est pas une employée.
La version des faits de ces employés, dont certains pourront faire l’objet d’inculpation provisoire pour le délit de complicité, devra faire avancer le volet de l’enquête incriminant Winsy Buttié pour faux et usage de faux. D’ailleurs, les documents certifiant des transactions bancaires dans cette affaire de détournement, des tampons du specimen signature de Clensy Appavoo avait été utilisés. Une somme de Rs 550 000, qui aurait dû être placée en banque au nom du fils du fondateur de la société, a été également “essuyée”.