Alan Ganoo trouve que tout en ayant voulu donner un sentiment de neutralité et d’objectivité dans le traitement du cas de Vishnu Lutchmeenaraidoo, mardi à l’Assemblée nationale, il est clair, selon lui, que le Premier ministre prend ses distances de ce dernier. Pour lui, loin de s’atténuer, les propos du ministre des Affaires étrangères à l’encontre de son collègue, Roshi Bhadain au courant de la semaine confirme la méfiance entre les deux membres du cabinet et la fracture entre deux ministres du gouvernement. “Les allégations réciproques s’enchaînent sur le web”, dit-il. Pour lui, un gouvernement ne saurait, éternellement, être ainsi miné par une telle crise intestine car celle-ci a pour conséquence que les vrais enjeux sont laissés à l’abandon.
Alan Ganoo commente aussi le “country report” du Départerment d’Etat américain sur les atteintes aux Droits humains à Maurice. Il explique, à cet effet, que le MP adhère au constat fait par les Américains. Le président de ce parti rappelle, par exemple, que le MP avait condamné l’arrestation dans les circonstances que l’on sait de l’avoué, Me Tandrayen.?En marge de la Fête du Travail, le MP organise, par ailleurs, une conférence débat autour du thème “Lutte syndicale et Lutte contre la Pauvreté et l’Inégalité sociale: Même combat” le samedi 30 avril prochain. Prévue à partir de 16h à la Salle des Fêtes de Belle-Rose, cette conférence-débat verra la participation de quatre syndicalistes les plus en vue, à savoir, Jack Bizlall, Reaz Chuttoo, Ashok Subron et Rashid Imrith. “Nous entendons, ainsi, célébrer dignement et autrement la Fête du Travail”, explique Alan Ganoo. En invitant ces quatre syndicalistes à débattre de la question, le MP, dit-il, veut agir en trait-d’union pour donner la voix au chapitre à des syndicalistes de sensibilité différente sur un thème touchant des milliers de Mauriciens.