Près de vingt ans après, le même phénomène ressurgit, tel un de ces vieux cauchemars que l’on croyait enfoui. Depuis quelques semaines, Touni-Minwi a refait surface à Vallée Pitot et quelques bandes s’organisent pour mettre le grappin sur le loup-garou. Les esprits ont donc la peau aussi dure que les croyances populaires. Pour faire un constat, j’ai décidé d’aller à la chasse au loup-garou…
Ils croyaient que j’allais me dégonfler quand le sujet a été discuté en conférence de rédaction. Ils en ont même ri quand le rédacteur en chef m’a demandé d’y aller. Rira bien qui rira le dernier, ai-je pensé, en descendant dans les rues de Vallée Pitot à la nuit tombée.
Des loups-garous, j’en ai pas peur. Enfin, pas trop ! Et c’est par mesure de précaution que j’ai préféré me munir d’une branche de pignon d’Inde piquée de chez une voisine qui en a planté devant sa porte pour se protéger des mauvais esprits. Puisqu’on dit qu’il en a peur, je n’allais pas m’en priver, on ne sait jamais !
Laspe imin.
Quitte à être superstitieux, autant l’être jusqu’au bout : je décide de me munir également d’un sachet de lentilles et d’une boîte de conserves vide, dont j’ai soigneusement pris la peine d’enlever le fond. C’est un vieil ami à moi qui m’en a donné l’idée. “To pe al rod lou-garou ? To kone kouma trap sa twa ? To bizin kone ki sannla sa. Kan li sorti, li alim enn labouzi apre li kapav transform li an ninport ki zafer. To nek pas deryer li to teign li, lerla li pa pou kapav retourn kot li. Kouma to zwenn li, to pran lagrin lanti to fann divan li. Apre to donn li enn bwat ki pena fon, to dimann li ramas tou lagrin lanti. Tan ki li pa resi ramas tou, li pa pou kapav ale. To nek ena pou atann gramatin, lerla li pou repran so laspe imin, nek la ki to pou kapav trap li.” Des formules de grand-mère qui ont toujours cours à l’heure de la fibre optique…
Se enn lonbraz.
Sur le terrain, la plupart des habitants n’y croient pas. “Enn bann zistwar sa, dan latet sa. Ena dimounn ki pe fer mesanste sa.” Un autre habitant me livre une théorie des plus farfelues. “Dapre mwa, gouvernman ki fer sa. Pa kapav apre sak katastrof ou tann dir loup-garou, Touni-Minwi e sipaki lot zafer ankor. Zot fer sa pou devie dimounn so latansion lor se kinn arive. Li sinp sa, enn dimounn nek larg enn rimer e enn ta dimounn pou panse zot pe trouv kiksoz.” On ne sait jamais. Continuons les recherches…
D’autres sont très réceptifs : “Ena enn zafer pe deroule, me pa pe tro kone ki ete sa. Ena enn bann zafer bizar pe arive dan landrwa.” À qui me fier cependant ? Chaque groupe de personnes que je rencontre me donne des informations diamétralement opposées au sujet du fameux loup-garou. “Li pe sot sot lor lakaz, se enn espes bebet ki galoup mari vit”, me confie un habitant. “Se enn lonbraz, akoz samem pa kapav trap li”, relate un autre. “Enn Touni-Minwi sa, li ena form imin li, me ena enn tas dilwil lor li; kan trap li, li glise.”
Enn call lor so telefonn.
D’après les histoires que j’ai lues dans le journal, la même chose s’était passée à Lallmatie dans les années 90. Je me souviens aussi avoir lu une histoire qui m’avait glacé le sang à propos de ces vieilles dames qu’on apercevait le soir dans leur charrette tirée par des chevaux blancs. Il me semblait également avoir lu qu’un loup-garou avait semé la pagaille dans les faubourgs de Port-Louis en 1994, juste après le passage du cyclone Hollanda. M’enquérant auprès d’un habitant, il me confie que le loup-garou de 94 était agressif, contrairement à celui-ci. “Il attaquait les gens et les mordait. Celui-là n’a encore blessé personne.”
Suivant les indications, je me dirige vers les cimes du faubourg. Un groupe d’hommes assis en bordure de route me raconte quelques anecdotes intéressantes. “Nou tann dir so lizie blan”, me confie une des personnes. “Mo frer inn gagn enn call lor so telefonn. Dapre ransegnman, se enn nimero malgas sa. Li dir li : bare li pou vini la, dan enn kreol inpe barok”, ajoute un autre. “Si kouran koupe, li pou afekte nou plis”, affirme un troisième, qui semble être craintif.
Le groupe d’hommes m’indique que la police a récemment arrêté un groupe de personnes dans un 4×4, sous-entendant que ça aurait un rapport avec le loup-garou. Sans grande conviction, je décide de me rendre au poste de police de la localité. Un policier me fait vite comprendre, sans ménagement, que je perds mon temps. “Manti sa bann zistwar la, pena okenn deklarasion pou fer.”
Anba pon.
En sortant du poste de police, je tombe sur trois jeunes : “Wi, ena dimounn dir inn trouve. Ena enn laboutik par lao, nek check enn kou laba.” Je me rends donc à l’endroit indiqué. “Nou inn tann enn irleman extraordiner samdi swar ver 1h30; li pe ale mem li pa pe arete. Tou dimounn dan landwra inn sorti pou al gete kyete sa. Ena dimounn inn trouv enn zafer desann anba pon. Zot dir li al tro vit, pa resi trouv li bien. Depi lerla, ena bann dimounn dan landrwa ki al rod li aswar”, confie la boutiquière, soutenu par ses enfants et son mari. Elle m’affirme que les yeux du loup-garou sont rouges.
Un jeune homme me montre une photo qu’un de ses amis lui a envoyée sur son téléphone portable. On y voit une ombre sur un mur, mais difficile de dire avec certitude si ce n’est pas celui d’un arbre, voire d’un chien. En tout cas, le jeune homme est convaincu que cette ombre n’est pas naturelle.
Encens.
Je décide d’aller voir de plus près le pont mentionné par la boutiquière. Il fait nuit noire et j’ai la chair de poule, mais je décide de m’en approcher dans l’espoir de voir quelque chose. Tout ce que j’ai vu, ce sont des feuilles qui bougeaient, probablement à cause du vent léger. Une dame vivant à proximité me confie qu’elle n’a rien entendu. “La seule chose qui m’empêche de dormir, ce sont les gens qui chassent ce soi-disant loup-garou à des heures tardives. Moi, je n’ai rien vu, rien entendu.”
Au lendemain de ma chasse infructueuse, je lis dans le journal qu’un homme suspecté d’être le loup-garou de Vallée Pitot a été arrêté. L’article précise que c’est en fait un pervers qui allumait des bâtons d’encens sous un pont le soir et qui sautait de maison en maison pour épier les femmes pendant leur sommeil ou leur bain. Un sentiment mitigé de réconfort et de déception m’envahit, mais je conserve tout de même mon bâton de pignon d’Inde, mon sachet de lentilles ainsi que ma boîte de conserves. Au cas où…