Le centre d’éveil de Caritas à Souillac, opérationnel depuis le 15 mars, a vu son officialisation vendredi. L’inauguration s’est faite notamment en présence du ministre du Logement et des Terres Abu Kasenally et de l’évêque de Port-Louis Mgr Maurice Piat.
Le centre d’éveil de Caritas à Souillac compte 23 enfants âgés de 2 ans à 4 ans et venant de Souillac, Surinam et Riambel. C’est le premier centre d’éveil de Caritas à avoir son propre local. Il mise notamment sur le bon développement de l’enfant à travers une série d’activités comme la peinture et le coloriage. Objectifs : éveil des sens et discipline de vie chez l’enfant.
Telle une « prématernelle », ce centre d’éveil prépare les enfants pour la maternelle. Sa construction a été financée par Omnicane, Bio Culture, Betonix et Saint-Felix dans le cadre de leur programme de responsabilité sociale. La fondation Lagesse, elle, s’occupe du financement du mobilier, du roulement quotidien du centre et du van qui véhicule les enfants.
Présente dans plus de 200 pays à travers le monde, Caritas croit dans « le potentiel humain ». La subsidiarité et le partenariat sont les principes forts de cette confédération internationale d’organisations catholiques à but caritatif. Présent à l’inauguration du centre d’éveil vendredi, le président de Caritas Île Maurice, Thierry Goder, a souligné que Caritas tient à coeur de « donner les moyens aux locaux, dan zot baz, d’être responsables de leur communauté ». Ce projet est le 14e dans l’île. Thierry Goder a souligné que le centre a pour vocation « le développement intégral et intégré de la personne ». « C’est être attentif à tous les aspects de la vie afin que les enfants et la famille aient les meilleures conditions pour s’épanouir et réussir », a-t-il dit.
Jacques d’Unienville, directeur exécutif d’Omnicane, a, lui, indiqué que « les enfants d’aujourd’hui sont ceux qui auront la destinée de notre pays en leur main demain. » Afin que les enfants puissent être des citoyens modèles, il est primordial qu’ils reçoivent une bonne éducation dès leur plus jeune âge, a-t-il ajouté. Et selon lui, le centre d’éveil de Souillac répond « à ce besoin pressant ». Jacques d’Unienville a mis en avant le fait qu’Omnicane est parfaitement consciente de ne pas seulement être « un accueil économique dans le sud de l’île mais a aussi une responsabilité sociétale envers les habitants de la région ». Le directeur exécutif a terminé son intervention en assurant à l’assemblée qu’Omnicane continuera à apporter son soutien pour d’autres centres similaires.
Le ministre du Logement et des Terres a, lui, fait part de son empathie car de par sa profession de médecin chirurgien, a-t-il dit, il a vécu « la souffrance des gens pauvres ». Selon Abu Kasenally, le désir du Premier ministre et de son gouvernement consiste à « alléger la souffrance de ceux qui sont les moins privilégiés ». Il a terminé son intervention en remerciant les habitants pour leur accueil et a promis « d’être à leur écoute ».
Mgr Maurice Piat a quant à lui remercié tous ceux qui ont rendu possible la concrétisation de ce centre d’éveil. Selon lui, chaque personne a un « talent caché ». L’évêque de Port-Louis a demandé aux parents d’adopter une « no nonsense approach », c’est-à-dire ne pas s’inscrire dans une course aux certificats et exiger de leurs enfants qu’ils apprennent par coeur. Il a terminé son discours en remerciant les personnes présentes.