Cent jeunes Mauriciens et Rodriguais bénéficient cette année d’une bourse d’études tertiaire sous le SBM Scholarship Scheme. La State Bank of Mauritius a organisé une cérémonie en leur honneur mercredi en son siège à Port-Louis.
Il s’agit de la deuxième édition du SBM Scholarship Scheme. La State Bank of Mauritius (SBM) avait invité courant juillet ceux qui souhaitent en bénéficier et qui satisfont les critères de faire leur demande. Un des critères d’admission était : « candidates should be attending or be admitted in full-time courses at post-secondary institutions in Mauritius, recognised by the Tertiary education commission (TEC) ». Pour en être bénéficiaire, il fallait aussi que les revenus mensuels de la famille ne dépassent pas Rs 15 000 par mois.
Les bourses sont offertes aux étudiants pour la formation de leur choix. Elles couvrent les frais de scolarité, de bibliothèque, d’examens, d’adhésion à l’union des étudiants et autres frais administratifs jusqu’à un montant total de Rs 30 000 par an. Une allocation annuelle de Rs 5 000 est attribuée pour l’achat des manuels et matériels éducatifs. Ceux de Rodrigues bénéficieront d’un montant mensuel additionnel de Rs 5 000 pour le loyer et un billet d’avion par an.
Le Chief Executive Director de la SBM Gautam Vir annonce par ailleurs qu’un programme spécial a été élaboré cette année à l’intention de ceux qui opteront pour le Technical Vocational Education Training (TVET). « This initiative is in line with our firm belief in an equal and diversified society », affirme-t-il.
M. Vir indique que le but de la banque est de « give bright student the opportunity to pursue further studies and this be in a position to aspire for a brighter future ». Le directeur exécutif de la banque note qu’il y a eu une très grande demande, ce qui prouve que « we have indeed a lot of intelligent and deserving students in this country ».
Le président du SBM Scholarship Scheme André Lam note pour sa part que 83 bourses sont octroyées dans un premier temps aux Mauriciens et quatre à des jeunes Rodriguais. Il souligne que plus de la moitié des bénéficiaires ont trois A au niveau du HSC et 35 % ont au moins un A+. 60 % d’entre eux sont des filles et deux tiers proviennent des régions rurales.