La campagne de mobilisation enclenchée par la Plateforme Citoyenne de concert avec Rezistans & Alternativ en faveur de la pétition « Say No To Coal » gagne en intensité alors que le gréviste de la faim, Jeff Lingaya, poursuit son action sous le kiosque du Jardin de la Compagnie. En parallèle, des habitants de Pointe-aux-Sables et de la région hautement résidentielle de La Tour-Koenig se mobilisent contre les risques de pollution avec la mise à exécution du projet de centrale thermique de CT Power à Pointe-aux-Caves, Albion. Pour sa part, la compagnie sucrière Omnicane, un des Independent Power Producers (IPPs), confirme que les contrats signés avec le gouvernement et le Central Electricity Board ont déjà été déposés dans la Bibliothèque de l’Assemblée nationale suite à des débats sur la question.
À la mi-journée, les animateurs derrière la pétition « Say Not To Coal » et militant en faveur d’une politique énergétique propre et transparente font état de leur satisfaction devant l’accueil qui a été réservé jusqu’ici à cette démarche. En effet, cette celle-ci a recueilli quelque 21 000 signatures avec ce chiffre susceptible de progresser jusqu’à demain soir où se déroulera une veillée au Jardin de la Compagnie.
C’est au cours de cette nouvelle manifestation que le gréviste de la faim, Jeff Lingaya, annoncera sa décision quant à la poursuite de son action entamée depuis le jeudi 24 janvier. Au cours du week-end, craignant pour l’état de santé de Jeff Lingaya, des membres du Komité Sutyen Lagrev Lafaim laissaient entendre qu’un terme pourrait être mis à la grève de la faim à partir de mardi.
« Nous avons prévu d’organiser une importante veillée mardi à partir de 19 heures. Jeff Lingaya, qui a déjà beaucoup fait pour faire progresser la cause de Clean Energy à Maurice, annoncera la décision quant au maintien ou non de la grève de la faim. Cette décision interviendra après la première réunion de la National Energy Audit Commission, instituée par le gouvernement après les pressions exercées par la Plateforme Citoyenne », a fait comprendre au Mauricien, ce matin, Ashok Subron, animateur de Rezistans & Alternativ.
En ce début de semaine, Dev Manraj, qui s’est vu confier la présidence de la National Energy Audit Commission, s’apprête à mettre au point la composition de cette instance en vue de la première réunion annoncée pour demain. Au cours du week-end, des contacts ont été établis avec des professionnels susceptibles de faire partie de cette commission mais en attendant la confirmation de la part des parties concernées très peu de détails ont transpiré.
Du côté de la Plateforme Citoyenne et de Rezistans & Alternativ, l’on s’attend à une représentativité citoyenne conséquente sur la National Energy Audit Commission. « Nous attendons de prendre connaissance de la composition de cette commission avec la réunion de demain. Car comme l’a souligné Dev Manraj, le dossier de CT Power constituera une priorité. Nous allons faire prévaloir les dispositions de la loi pour amener les autorités à revoir leur position au sujet de la révocation de l’EIA Licence octroyée à CT Power », ajoute-t-on au sein de la Plateforme Citioyennne, qui prépare activement la veillée de demain soir.
Entre-temps, des habitants de Pointe-aux-Sables et de La Tour-Koenig ont sollicité la collaboration des responsables de la Plateforme Citoyenne pour animer une première réunion de sensibilisation sur les problèmes découlant de la mise en opération d’une centrale thermique à charbon à Pointe-aux-Caves. La réunion est prévue pour mercredi en début de soirée au centre municipal Emmanuel Anquetil à La Tour-Koenig. Les habitants de ces régions comptent faire cause commune avec ceux d’Albion face au projet de CT Power.
Par ailleurs, la direction d’Omnicane, un des Independent Power Producers, souligne qu’elle n’entretient aucune réserve par rapport à la publication des contrats de génération électrique pour le compte du CEB, dont elle est partie prenante. « Ces documents ont d’ailleurs été déposés à l’Assemblée nationale à l’attention des députés. Il est toutefois important de faire ressortir qu’une telle initiative ne peut se faire de façon unilatérale et requiert l’accord explicite de notre partenaire, le CEB, qui contractuellement, doit aussi souscrire à cette démarche. Dans le cas où toutes les parties prenantes exprimeraient leur volonté de rendre publics les contrats les liant, Omnicane s’alignerait sans réserves et sans aucune hésitation sur une telle décision commune concernant les contrats IPP », note Omnicane dans un communiqué.