Alors que le dossier de CT Power (Mauritius) Ltd, qui compte implanter une centrale à charbon de 110 MWh à Montagne Jacquot (Albion), est toujours à l’étude à la National Energy Commission (NEC), les représentants mauriciens de la firme malaisienne ont présenté le projet mercredi aux pêcheurs de Pointe-aux-Sables. Durant cette rencontre, une compensation d’au moins de Rs 10 000 leur a été proposée. Alors que certains seraient prêts à accepter cette offre, la Plateforme Citoyenne, qui s’oppose à ce projet, est d’avis qu’il s’agit d’un acte de corruption, qu’elle compte dénoncer à l’ICAC.
La communauté des pêcheurs de Pointe-aux-Sables est divisée depuis mercredi. La rencontre avec les représentants de CT Power Ltd a été fructueuse pour les promoteurs. Initialement prévue au Centre social de la localité, elle s’est finalement déroulée sur la plage de cette région.
À une cinquantaine de pêcheurs, les promoteurs ont présenté les « bienfaits » de ce projet pour la localité. « Finn dir nou ki proze-la na pa pou ena okenn reperkision lor nou lavi ou nou lasante », a déclaré au Mauricien un pêcheur de cette région. S’agissant de la compensation, selon lui : « Ena ki pe dakor ek Rs 10 000. Ena ki pe rod Rs 250 000… Si nou aksepte nou tou bizin aksepte lor enn pri. Ou kone kouma kominote peser pe gagn problem an se moman. Enn konpansasion koumsa pa ti pou mal. »
Interrogé, Judex Rampaul, président du Syndicat des Pêcheurs de Maurice (SPM), très remonté, compte décourager les pêcheurs d’accepter cette offre. « Sa bann dimounn-la inn vinn ver zot, finn explik zot enn ta zafer manti parski zot kone ki zot pa konn gran zafer de sa proze-la ek so linpak lor lasante ek lanvironnman », dit-il.
Une « campagne de désinformation » également déplorée par Fabiani Balisson, porte-parole de la Plateforme Citoyenne (PC) engagée dans la lutte contre l’installation d’une centrale à charbon dans cette région mais également dans le pays. « Obtenir l’approbation des pêcheurs de cette région est une des conditions imposées dans l’Environment Impact Assessment (EIA) Licence », rappelle-t-il. Et de déplorer la stratégie de CT Power, tout en commentant le quantum de compensation. « Rs 10 000 à chaque pêcheur pour un projet qui vaudra des milliards par an, c’est vraiment cheap. Cela ne couvre même pas les dépenses mensuelles d’une famille de pêcheurs pour un mois », déplore-t-il.
Cependant, ce qui ressort du point de presse de la Plateforme Citoyenne à Port-Louis ce matin, c’est la dénonciation de cet acte de corruption devant l’Independent Commission Against Corruption (ICAC). Rajen Valayden, de l’association Right to Live, visiblement remonté, a indiqué « qu’une fois toutes les preuves réunies », il compte exposer la situation aux enquêteurs de cette institution. Soutenu dans ses propos par Georges Brelu-Brelu travailleur social de Pointe-aux-Sables, il explique qu’un groupe de pêcheurs ne peut décider de l’avenir d’une région par le biais d’une simple signature. « Pou ki proze CT Power aksepte, fode ki li gagn aprouval mazorite abitan », soutient M. Valayden. La Plateforme Citoyenne allègue que Somduth Dulthumun aurait également tenu des réunions dans cette région afin de convaincre les habitants des avantages que comporte la Centrale à Charbon de 110 MWh à Albion. Elle pointe du doigt également la manière dont les représentants de CT Power Ltd ont balayé les arguments formulés par certains pêcheurs, plus au fait de l’impact environnemental du projets, une fois implanté.