« Nous avons devant nous un monstre à plusieurs têtes. On ne sait plus qui est le Premier ministre dans ce pays, où sont prises les décisions », a estimé hier le président de la Confédération des Travailleurs du Secteur privé (CTSP), Reeaz Chuttoo, lors du rassemblement du 1er mai à la Place Taxis, Beau-Bassin. Il a dénoncé la loi sur le salaire minimum, « annoncée un lundi et passée en première lecture le lendemain au Parlement. C’est soi-disant une loi révolutionnaire mais le salaire minimum sera calculé par heure de travail ».