La Confédération des travailleurs du secteur privé ont donné le coup d’envoi des célébrations syndicales dans le cadre de la Fête du travail par un défilé de la Place Margéot, Rose-Hill, à La Place des Taxis, Beau-Bassin. Son objectif était d’exprimer sa réjouissance par rapport au 1er-Mai qui, a rappelé la présidente de la CTSP, est « avant tout la fête des travailleurs ».
Les célébrations syndicales organisées par la CTSP et les syndicats de la FPU-FTU et du Mouvement 1er Mai (MPM) se sont déroulées en deux étapes. La première concernait un défilé dans les rues de Rose-Hill et Beau-Bassin et la seconde, un rassemblement pour le meeting syndical sous un chapiteau spécialement aménagé à la Place des Taxis où des orateurs se sont succédé pour dénoncer différents scandales ayant secoué le pays et les problèmes sociaux qui font l’actualité.
C’est sous un soleil ardent que le cortège a quitté La Place Margéot à Rose-Hill peu après 9 h 15. Une camionnette, décorée aux couleurs de la CTSP et avec banderoles frappées de « Pou anpes lisensima sovaz bizin introdwir Portable Severance Allowance Fund », était en tête.
Au fur et à mesure, les membres syndicaux affiliés à la CTSP ont été rejoints par plusieurs personnes. À un moment, alors qu’ils attendaient près du rond-point de Rose-Hill, ils ont croisé le cortège de la Port-Louis Harbour Dockers Union (PLHDU) qui se dirigeait vers Réduit en vue d’assister à l’autre rassemblement syndical organisé par la General Workers Federation, le Joint Negotiating Panel et Rezistans ek Alternativ. Ce qui n’a pas manquer de rappeler la division au sein de la classe syndicale…
« Aret bwar di san travayer », « 1er-Mai se la fet travayer », « Solidarite dan laksyion » … tels étaient entre autres les slogans scandés par les participants au défilé de la CTSP. Celle-ci a tenu à faire comprendre que le 1er-Mai est avant tout la fête des travailleurs. Elle a aussi rappelé les enjeux et difficultés de la classe des travailleurs dans le contexte économique, politique et social actuel. « Nous voulons exprimer notre contentement parce que c’est la fête des travailleurs », a par ailleurs déclaré Jane Ragoo au Mauricien.
Parallèlement à Beau-Bassin, où la fête des travailleurs a débuté vers 10 heures, les activités ne manquaient pas. Étaient au programme : une animation musicale assurée par de jeunes artistes, des expositions retraçant la lutte des syndicats, la vente de nourriture et de vêtements ainsi que
des ateliers de peinture, du body et face painting ainsi qu’un château gonflable pour les enfants. De jeunes peintres mauriciens ont également eu l’occasion de montrer leur savoir-faire lors de cette journée qui a pris fin vers 16 heures.