Si la Confédération des travailleurs du secteur privé par la voix de sa présidente Jane Ragoo et de son secrétaire Reeaz Chuttoo crient victoire après l’octroi d’une compensation salariale mensuelle entre Rs 330 et Rs 460 à compter de janvier 2012, elle n’en démord pas moins que cette décision est avant tout « une décision politique » La CTSP dit avoir eu raison de boycotter le Comité technique, qu’elle qualifie de « mascarade ».
« Hier CTSP finn ouvertement dir minis Xavier Duval ki nou finn ena raison boykot Komite teknik parski ou komite teknik finalman ti enn mascarade ek gouvernema ki finn pran decision taux compensation ki pe peye », écrivent Jane Ragoo et Reeaz Chuttoo, respectivement président et secrétaire de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP), dans un communiqué.
La CTSP estime que le Comité technique, mis sur pied pour discuter du taux de la compensation salariale à cause de l’augmentation du coût de la vie, composé de représentants, travailleurs et employeurs, et présidé par des fonctionnaires, n’est qu’une « mascarade ». « Listoire finn vinn donn CTSP raison pou boycott Komite teknik ki ti enn mascarad. »
La confédération syndicale affirme que le « patrona pa finn fer okenn proposition chiffre. Zot finn toultan resiste a peyman compensation saler et mem ziska zordi zot ankor pe dir ki bizin laiss sak lentrepriz ek so travayer determine combien pou peye a travers negotiation collectif ek capacite lentreprise la pou peye ».
Jane Ragoo et Reeaz Chuttoo soutiennent que même les confédérations syndicales qui ont accepté de siéger au Comité technique ont reconnu que celui-ci n’a pu faire aucune recommandation car les employeurs n’ont soumis aucune proposition de compensation salariale. « Pou zot aster ki zot finn trouve kler pou compran ki peyman compensation saler se enn decision politik ki bizin pran », observent-ils.
« Li cler ki si nou ti rant dan zot stratagem pou ale depose devan Komite teknik, responsabilite ti pou vinn lor sa komite-la so recommandation ek pareil kuma tou bann lane avan, travayer ti pou sibir, olye enn compensation zot ti pou gagn enn erosion salariale », expliquent Jane Ragoo et Reeaz Chuttoo. « Kompensation salariale li res enn decision politik ek gouvernema bisin asim so responsabilite devan lepep !»
Les deux syndicalistes rappellent que la CTSP a toujours milité pour une politique de compensation salariale adéquate afin de permettre à ceux se trouvant au bas de l’échelle d’avoir une augmentation de salaire. « Li pa posib ki 100 000 travayer dan sekter prive ankor pe tous amba Rs 5 000 », déplorent-ils.
La CTSP se félicite que ceux qui gagnent jusqu’à Rs 3 000 auront un taux de compensation de 11 %, alors que l’inflation est à 6,6 %. « Li enn gran victoire pou CTSP parski sa lane la travayer au bas de l’echelle finn gagn enn compensation aditionel. » Elle note toutefois que « mem ek Rs 3 300 par mois dimoune pa kapav viv ».
C’est dans ce contexte, écrivent les dirigeants de la CTSP, qu’ils ont insisté auprès du ministre des Finances pour que la moitié des 2 % des profits, versés par les entreprises au Corporate Social Responsibility Fund, soit distribuée aux employés (incluant ceux sous contrats et étrangers) à travers un Profit Sharing Scheme. « Par sa mezir la, nou pou rasire ki nou pe rant dan enn stratezi equitab de la richesse », expliquent-ils.
La CTSP réitère sa demande pour l’introduction d’un Portable Severance Allowance Fund, dans lequel les employeurs devront verser, pour chaque mois de travail, l’équivalant d’une journée de salaire de leurs employés. À leur mise à pied ou retraite, les travailleurs pourront ainsi toucher une indemnité, même s’ils auront changé durant leur carrière plusieurs fois d’employeurs. Un salaire minimal de Rs 12 000 est l’autre cheval de bataille de la CTSP, rappellent Jane Ragoo et Reeaz Chuttoo.