Exprimant les attentes de la Confédération des travailleurs du secteur privé dans le cadre de l’installation du nouveau gouvernement MSM-PMSD-ML, Jane Ragoo, lors d’une rencontre avec la presse mardi, a affirmé que « nou lalit li res antie par rapor a bann amandman a la lwa du travay ». Elle a annoncé une intensification de la lutte syndicale sur le terrain.
« Nou lalit li res antie par rapor en partikulie a bann amandma au lwa du travay, Employment Rights Act (EriA) ek Employment Relations Act (EReA) », a déclaré la secrétaire de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP). Jane Ragoo et d’autres membres de la CTSP rencontraient la presse mardi au Centre social Marie Reine de la Paix, Port-Louis, pour parler des attentes de cette confédération syndicale dans le cadre de l’installation du nouveau gouvernement MSM-PMSD-ML.
« Nou lalit kontinie parski nou bann demand fondamantal finn res parey pa finn satisfe. Fode pa blie ki avek passaz 9 ans gouvernma Navin Ramgoolam zot finn pas 2 lalwa anti-travayer, l’ERiA ek l’EReA. Sa 2 lalwa la finn vote le 22 oût 2008 ek finn rant an vigueur le 2 fevrie 2009. Depi sa, travayer sekter prive pe kontigne soufer. Pe kontigne perdi place par santenn », a déploré la secrétaire de la CTSP.
Jane Ragoo a affirmé que beaucoup d’employeurs ne comprennent pas le drame familial causé à travers le licenciement d’un travailleur. « Depi ki sa 2 lalwa-la, travayer perdi plas san enn sou kompansasyon. Se enn dram kan enn travayer perdi plas, se so zanfan ki bizin aret letid, se manze ki pena dan lakaz, se enn fami ki soufer », s’est-elle indignée.
L’intervenante a par conséquent annoncé une intensification de la lutte syndicale pour faire amender ces deux lois du travail et contre le travail précaire. « Pa kapav ena enn lalwa travay ki pa protez travay ; enn lalwa travay so rol se dabor protez bann travayer kont linzistis, kont diskriminasyon, kont abu ek patron domine ».
Pour lutter contre le travail précaire et pour qu’un travailleur puisse percevoir une compensation en cas de licenciement, Jane Ragoo a réitéré la demande de la CTSP pour l’introduction d’un Portable Severance Allowance Fund (voir encadré). « Pandan 9 an, l’ancien minis du travail finn bern nou lor sa dossie-la ».
Si la syndicaliste s’est félicitée que la proposition de la CTSP pour un salaire minimum ait été à l’agenda de toutes les alliances politiques durant la récente campagne électorale, elle a néanmoins affirmé que la confédération syndicale restera « vigilante » par rapport au respect des promesses électorales faites aux travailleurs par l’Alliance Lepep. « Nou pou kontign nou mobilizasyon lor terin. Dayer en fevrie prosin nou pou dan lari — kouma nou fer li depi 2009 — pou manifester kont l’ERiA ek l’EReA », a-t-elle annoncé.
La CTSP, a poursuivi Jane Ragoo, sollicitera une rencontre avec le nouveau Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, et le nouveau ministre du Travail, Soodesh Callichurn, pour discuter des doléances des travailleurs du secteur privé. « Pandan 9 an, Navin Ramgoolam zame finn gagne letan pou rankont nou… Nou espere ki SAJ ek le nouvo minis du Travail kompran ki nou pa zis defann travayer, me ki nou fer aussi propozisyon pou amelior societe an zeneral ».
Le président de la CTSP, Reeaz Chuttoo, a pour sa part affirmé que de nombreux observateurs ont oublié de souligner l’apport de la société civile, des ONG et des syndicats dans la victoire de l’Alliance Lepep. « La CTSP avait publiquement exprimé ses appréhensions par rapport à l’Alliance PTr/MMM, une alliance de la bourgeoisie historique qui était « fatale » pour les travailleurs. D’autre part, nous avons plusieurs fois publiquement manifesté dans les rues pour dénoncer les abus dont sont victimes les travailleurs », a-t-il indiqué. « Face aujourd’hui à une opposition MMM et PTr réduite à sa plus simple expression, la CTSP continuera à jouer son rôle d’opposition extraparlementaire et nous veillerons au grain pour nous assurer que les promesses faites aux travailleurs soient réalisées », a-t-il conclu.