Les quelque 13 399 syndiqués des trois fédérations syndicales formant la Confédération des travailleurs du secteur privé sont conviés aujourd’hui au quartier général du syndicat, situé à la rue Elias, à l’arrière du marché de Rose-Hill, pour célébrer le 5e anniversaire de la création de cette confédération syndicale. Au programme d’activités : inauguration officielle de son bâtiment et lancement de son site Internet et autres festivités.
« La Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP) a été fondée en janvier 2009 après que le Fron Travayer Sekter Prive (FTSP) s’est transformé en une confédération », raconte le syndicaliste Reeaz Chuttoo, qui, avec Jane Ragoo, sont les deux fondateurs-animateurs de cette confédération syndicale.
« Etan done ki bann travayer sekter prive finn res bann zanfan pov de lasosiete, le FTSP finn trouve ki li neseser regroup tou travayer sekter prive dan enn konfederasyon sindikal pou kapav mie defann zot lintere », explique pour sa part Jane Ragoo.
Le FTSP a lui-même été fondé en 2003, dans le sillage de la grève de la faim de neuf jours de six chauffeurs de White Sand Tours, de Reeaz Chuttoo et de Jane Ragoo, suite à la décision de ce tour-opérateur de changer unilatéralement le contrat de travail de ses employés. « En fait, au total 30 chauffeurs avaient été licenciés, mais grâce à cette grève de la faim, ils ont réussi à arracher à leur employeur une indemnité de licenciement », se rappelle Jane Ragoo.
« Depi sa dat-la, travayer sekter prive finn koumans enn kanpagn pou revandik zot drwa parey kouma travayer dan sekter piblik », explique Reeaz Chuttoo.
Le syndicaliste rappelle que les quelque 550 000 travailleurs du pays sont répartis en trois catégories distinctes. D’abord, une minorité d’environ 100 000 fonctionnaires des ministères et des corps para-étatiques dont les salaires et conditions de travail sont régis par le Pay Research Bureau (PRB). « Ces fonctionnaires voient leurs salaires, conditions de travail et autres privilèges s’améliorer constamment chaque cinq ans à la publication du rapport du PRB », indique-t-il.
Puis, il y a les 400 000 employés de 29 secteurs de travail du secteur privé qui sont couverts par les Remuneration Orders (RO) du National Remuneration Board (NRB). Un RO détermine les salaires et conditions de service minimaux des employés d’un secteur d’activité économique. « Sa bann RO-la revize kan minis reve ! », s’indigne Reeaz Chuttoo. « Ena RO ki pa finn revize depi plis ki 25 ans ! Kouma dir finn blie ki zot existe ! », précise-t-il.
Enfin, il y a les quelque 50 000 employés du secteur des services et de la finance qui ne sont couverts par aucun RO. « Il n’y a aucun salaire et conditions de service minimaux qui sont prescrits pour ces travailleurs qui sont pour la plupart exploités par des patrons sans scrupules », fulmine notre interlocuteur.
« Kan depi 2003 Fron Travayer Sekter Prive finn realize ki bann travayer sekter prive pa organize dan sindika kouma bann fonksyoner, nou finn systematikman amen bann revandikasyon travayer sekter prive divan bann lotorite konserne, sou diferan gouvernman, ek mem o nivo international », affirme pour sa part Jane Ragoo.
Selon notre interlocutrice, la CTSP peut se vanter d’un riche bilan : l’obtention de l’interdiction de l’importation de l’amiante, après une campagne agressive ; celle de RO dans les secteurs du « Light Metal », de la construction, de la distribution, entre autres, avec tous les avantages qui en découlent.
« Li bon note ki dan dernie rekomandasyon NRB pou sekter konstriksion, Chairman Board dir ki sa bann nouvo gen-la ena “marked social value” ek ki zot bizin etann a tou sekter. Li mem demann enn armonizasyon de tou bann RO pou ki pena diskriminasyon ant travayer sekter prive », se félicite Jane Ragoo.
« Nou premie lorganizasion ki reysi amenn negociasion o nivo national pou sekter konstriksion avek lorganizasion bann partron (BACECA). Nou reysi fer sa lakor-la aksepte par NRB kot li finn ena reperkision lor 20 000 travayer dan sekter konstriksion », se félicite Reeaz Chuttoo.
La révision de l’Occupational Safety Health and Welfare Act 1988, la reconnaissance par le gouvernement de 181 School Attendants des écoles maternelles gouvernementales, le respect des droits des travailleurs étrangers, sont autant de victoires qui ont jalonné l’histoire de la CTSP.
La fédération syndicale s’enorgueillit aussi d’avoir fait ériger le Monument du Travail Décent à côté de la poste de Rose-Hill le 7 octobre 2008, jour de la célébration de la toute première Journée internationale du travail décent. De même la construction du bâtiment qui abrite leur quartier général, grâce à la contribution financière et la main-d’oeuvre de leurs syndiqués. « Aujourd’hui nous avons même une salle informatique où nous dispensons des cours à nos membres ! », se félicite Reeaz Chuttoo.
Et Jane Ragoo de rappeler, de son côté, que la CTSP a été fondée sur un cahier de revendication bien chargé (voir encadré).
« Sink an li kourt dan lavi enn sinkdica. Me nou fier nou finn reysi fer plis ki 13 000 bann ti travayer sekter prive pran konsians nesesite sirmont individwelman zot laper pou regroup zot kolektivman dan enn sindika pou ki bann responsab bann entrepriz respekte zot bann drwa ek zot dinite travayer ! », conclut la syndicaliste.