A l’image d’une petite poignée de fédérations, la Fédération mauricienne de Basket-Ball (FMBB) est de celles qui ne font guère honneur au sport mauricien. La raison est tout simple, car au lieu de veiller au bien-être de ses licenciés et de travailler pour la promotion de la discipline, les membres de cette fédération se plaisent plus à se tirer dans les pattes. 2014 aura même été une année noire pour cette discipline avec le nombre de scandales étalés au grand jour. Sans compter les suspensions et la radiation de membre. Tout simplement honteux !
Quel visage pour les sélections nationales de basket-ball aux Jeux des Iles de l’océan Indien, prévus du 1er au 8 août prochain, à l’île de La Réunion ? A sept mois du coup d’envoi, les choses  s’annoncent compliquées. Car en une année, les dirigeants ont eu la tête ailleurs. Ils avaient plus la tête dans des conflits qu’à autre chose. Prenons d’abord le cas du président de la FMBB lui-même, à savoir Philippe Lee Kam Chung. Pendant un très long moment, ce dernier a été pratiquement absent de la scène locale. En somme, nous dirons qu’il n’a pas assumé les responsabilités pour lesquelles il avait été élu.
Pendant son absence, c’est Alvin Athave qui a assumé les fonctions de « président». Pendant sa prise en charge, la FMBB a connu bien des problèmes, une situation qu’il n’a jamais été en mesure de maîtriser. Nous citerons ici le cas du secrétaire-administratif Matthieu Laplanche qui s’était vu offert un stage de formation en tant…qu’entraîneur. Il y a également eu le scandale de l’achat des chronomètres où la fédération a payé Rs 840 l’unité, alors qu’on en trouve à…Rs 60.
Face à cette situation, Alvin Athave et Guillaume François ont été bannis pour 10 ans, alors que Kim Chan a lui été radié à vie de toutes les instances du basket-ball mauricien. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le tableau est très sombre et n’augure rien de bon pour cette discipline qui, avec le temps, n’a jamais donné des signes de progrès.
Au niveau performance, il n’y a pas eu grand-chose à l’exception de la belle victoire de l’Union Sportive de Beau-Bassin-Rose-Hill. Mais là également, cette victoire n’est pas celle de la fédération, mais uniquement de la formation des villes soeurs. Au niveau, des sélections nationales, il semblerait qu’on soit en mode de pilotage automatique. Le directeur technique national, le Canadien Mark Crnich, s’est lui aussi fait remarquer en insultant copieusement les journalistes de Week-End et Le Mauricien sur sa page Facebook.
Pour ce qui est de ses performances en tant qu’entraîneur, on attend toujours. Sauf miracle à La Réunion, nous voyons mal les Mauriciens faire mieux qu’en 2011 aux Jeux des Iles de l’océan Indien aux seychelles où Maurice avait décroché la médaille de bronze en féminin sous la férule de l’entraîneur Jean Marie Bhageerathee. Les garçons eux avaient montré du répondant face à leurs adversaires contrairement aux Jeux de 2007 à Madagascar où les deux sélections nationales mauriciennes avaient été humiliées. Malheureusement, l’histoire pourrait donc être en passe de se répéter.