De l’affaire de deux présidents au Forensic Report sur l’utilisation des fonds sous Goal Projet 2 et 3 en passant par les amendements aux statuts, au départ forcé de Christophe Desbouillons, à l’inactivité du Club M pendant plus de onze mois, la Mauritius Football Association a une fois de plus marqué, à sa manière, la saison 2012. A tel point que  chaque année qui passe se ressemble pour à Football House. Comme dirait l’autre une autre année scandaleuse qui tire à sa fin.
En fait à la Football House il n’y a jamais de répit. C’est le moins qu’on puisse dire avec cette affaire de deux présidents qui a commencé depuis l’année dernière et qui dure encore. Malgré que dans les faits tout laisse croire que Vinod Persunnoo est le président de la MFA, surtout depuis l’arrivée des nouveaux statuts imposés par la FIFA et qui stipulent que seule une assemblée générale peut destituer l’homme fort du football mauricien cependant ce n’est qu’en apparence. Le grand manitou à Trianon n’est nul autre que Samir Sobah. Le représentant du Cercle de Joachim n’arrête pas de «couper trancher» au sein de cette fédération à tel point que même dans les affaires où on ne retrouve pas ses mains on veut faire croire que c’est bien lui qui en est l’instigateur.
Le comportement de celui qui fut un temps connu comme le président des affaires locales,  a mis la MFA dans une situation burlesque où le comité a été incapable de prendre des décisions pour faire avancer le football. A titre d’exemple depuis juin le football mauricien n’a toujours pas de directeur technique national (DTN), alors que l’idée de Samir Sobha pour engager un Mauricien à la place est toujours pending. Tout comme le scandale de site internet de la MFA où le président est toujours incapable de donner des directives pour «set the record right» sur la composition de son comité directeur à savoir que Samir Sobah figure toujours à la 2e position derrière Vinod Persunnoo.
Autre exemple de l’inertie du comité directeur de la MFA: le Club M. La sélection a été inactive pendant onze mois à savoir depuis le retour des Jeux des îles aux Seychelles jusqu’au 15 septembre à l’occasion d’un match amical salvateur entre Maurice et La Réunion. Conséquence la MFA a payé un entraîneur national pour du beurre alors que le classement de Maurice est le pire de toute notre histoire de football. Le Club M se trouve désormais à la 201e place sur 204 pays. Sachez que les trois pays qui concluent le classement de la FIFA, le football n’est pas pratiqué sur une base régulière comme à Maurice par exemple.
Si on met de côté le scandale qui a entouré l’affaire de la nomination de Pietro Allata comme directeur du Club M, l’affaire qui a certainement marqué, et qui continue à marquer, les esprits au Football House c’est le rapport « forensic »  de Roshi Bhadain sur l’utilisation des Fonds sous Goal 2 et 3. Un rapport qui a mis au grand jour un certain nombre d’abus de position et de «mismanagement of fund» de la FIFA. Le tout est aujourd’hui entre les mains de la police qui fait son enquête alors que Sada Vuddamaly a été suspendu comme secrétaire général de la MFA.
On peut aussi évoquer le fait que la saison 2012 a été marquée par un certain nombre importants d’incidents sur le terrain de jeu, avec en toile de fond l’agression des arbitres, mais à valeur du jour aucune sanction n’a été prise. Dans la liste on note les affaires de bill de téléphone, les incidents au sein même du comité directeur, la guerre de voyage pour le congrès de la FIFA, l’Award Night qui a été annulé une nouvelle fois, les dépenses excessives et last but not least la non organisation de l’Assemblée Générale Annuelle de la MFA sous excuse que la FIFA viendra à Maurice pour faire un audit. Sachez qu’il n’y a aucune cause à effet puisque chaque année la FIFA choisit huit pays, parmi ses membres pour faire un audit. Maurice a été tiré au sort cette fois.