Il n’y a pas que les cuisiniers qui se font un nom international mais aussi les experts en Sushi. Pepi Anevski fait partie de ces Sushi Chefs hors pair. Citron, tomates, herbes fraîches, il les marie à sa manière et les accompagne d’une sauce de soja, une pincée de mayonnaise wasabi, de fruits de mer ou de poisson cru. Sa notoriété a dépassé les frontières et lui a fait décrocher le titre de World Sushi Champion. Head du Global Sushi International de Ocean Basket, il est devenu une référence en matière de sushi. Il a conçu le sushi fusion qui fait aujourd’hui partie intégrante des innovations culinaires.
Démocratiser la culture du sushi à Maurice en en vendant 35 000 portions par an, tel est le pari relevé par le restaurant Ocean Basket. Le but derrière cette démarche étant de faire de Maurice une destination pour les sushi lovers. Dans ce contexte précis, Pepi Anevski a été sollicité pour former les chefs de ce restaurant à travers une nouvelle carte, sorte de fusion entre la Méditerranée et l’Asie et qui sera connue comme le MediterrAsian Sushi, la nouvelle signature d’Ocean Basket qui la présentera en exclusivité à ses clients.
Pepi Anevski était aux commandes hier à Ocean Basket de Grand-Baie La Croisette et faisait une démonstration de son talent. D’abord, il explique que le sushi est un plat japonais composé d’un riz vinaigré appelé shari combiné avec du neta, sorte de poisson cru ou de fruits de mer. Parmi les variétés de sushi les plus connues, on retrouve les nigirizushi, constitués d’une boule de shari formée à la main recouverte d’une tranche de neta, les makizushi qui sont des rouleaux de nori renfermant du shari et d’autres ingrédients ou le chirashizushi, composé de shari recouvert de divers accompagnements. Sauf que Pepi Anevski décide, lui, de revoir la carte de sushis et de les faire selon sa créativité. Rien que pour la nouvelle carte MediterrAsian, on retrouve, entre autres, sept variétés issues de son savoir-faire, notamment le salmon tomato roll, le crunchy athena roll, le tarama Gunkan, le Kypro Prawn roll, le calamari Gunkan, le lemon salmon roll et le wasabi Prawn. « The tastes are amazing and the flavours work », lance-t-il dans un large sourire. Sa recette fusion entre deux différents continents fait sensation, car Pepi Anevski a aussi remporté le titre de World’s Most Creative Sushi Chef 2014. Le poisson est délicatement coupé de façon à ce qu’en bouche, il ne fasse qu’un avec le riz. Pour pouvoir travailler le sushi, il faut d’abord respecter le produit. Cet aliment très prisé par les Japonais est une forme d’art empreint de traditions, fait ressortir Pepi Anevski. « La préparation du sushi repose sur une forme d’art et dès que j’ai compris cela, j’ai appris à respecter les produits de base. I have also a big passion of the art of making sushi but I’m also interested in the hot kitchen were I actually started up. You can learn a lot from the different areas in a kitchen and can implement ideas to the sushi. I’m always trying to be creative and push myself to learn new things. » Le maître sushi compte plus d’une quinzaine d’années de pratique dans cette filière. « I’m proud for having able for Ocean Basket to create a MediterAsian Sushi Revolution. » Après Maurice, il repart sur Dubaï et d’autres horizons pour assurer des formations dans cet art.